Fini les terrasses et chaufferettes autour de la rue des Bouchers, les restaurateurs pestent

La Ville de Bruxelles a donc fait appliquer sa décision d'interdire ces artifices qui font que, selon elle, les terrasses empiétaient sur la voie publique et bloquaient ainsi l'accès des services de secours.

L'interdiction est valable du 1er novembre au 31 mars. Elle a donc officiellement débuté mardi. Fini donc les tentes solaires, auvents et terrasses dans "l'Ilot sacré", à deux pas de la Grand-Place. Une mesure que l'échevine du Commerce, Marion Lemesre, justifie par des arguments de nature esthétique, de confort et d'agrément pour les visiteurs.

Chez certains restaurateurs, la mesure ne suscite aucune opposition. D'autres en revanche, ne décolèrent pas, comme le gérant de La Terrasse, désormais... sans terrasse. "Cinq mois sans terrasse, cela fait un réel manque à gagner. Notre terrasse représentait à peu près 40 couverts."

Même incompréhension chez cet employé du Vieux Bruxelles. "On a retiré la terrasse, les enseignes, les chaufferettes, les marquises, les panneaux… Il n’y a plus rien ! On n’a fait appel qu’à la moitié de notre personnel aussi…"

Les terrasses et les marquises pourront ressortir dès le 1er avril. Certains restaurateurs se demandent si leur établissement n'aura pas fermé ses portes d'ici là. Pour autant, avec ou sans terrasse, il n'y avait pas grand monde dans "l'Ilot sacré" ce mercredi midi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK