Fini les tartines pour les élèves bruxellois

Les Cuisines Bruxelloises refournissent les écoles à partir de ce lundi
Les Cuisines Bruxelloises refournissent les écoles à partir de ce lundi - © Belga Picture

A partir de ce lundi, les petits Bruxellois vont pouvoir aller manger à la cantine. Les cours ont repris depuis une dizaine de jours déjà, mais Les Cuisines Bruxelloises, l'organisme public qui fournit les écoles de Bruxelles, ne reprend du service que ce lundi. Un décalage nécessaire pour collecter les inscriptions.

L’association Les Cuisines Bruxelloises sert 102 lieux par jour, à Bruxelles-Ville, Evere, Jette et Saint-Josse. Leurs services n'étaient pas disponibles avant ce lundi pour une question d'organisation.

"Nous effectuons un encaissement directement auprès des parents, explique José Orrico, directeur de l’association. Donc, le parent doit pouvoir s’inscrire auprès de nos services. On a distribué, dans les cahiers d’avis que les enfants reçoivent, un document permettant l’inscription. Ce document nous a été retourné et nous avons encodé l’ensemble dans un système qui est interne aux Cuisines Bruxelloises."

En-dehors du mercredi, plus de 6500 repas sont distribués par semaine par Les Cuisines Bruxelloises. Ceux-ci sont froids ou chauds, selon l'équipement dont disposent les écoles.

"Nous avons deux systèmes: le système de liaison chaude et le système de liaison froide. Le système de liaison chaude, c’est une préparation qui est effectuée le matin même de la consommation, placé dans une enveloppe iso-thermique qui permet de conserver la température pendant plus de quatre heures. L’autre principe, c’est la liaison froide. Nous préparons le repas un ou deux jours avant la consommation et ces repas sont déposés dans l’école soit le matin même, soit la veille", précise le directeur des Cuisines Bruxelloises.

A partir de cette année, l'organisation commence aussi à prédécouper les viandes pour les maternelles.

Betty Cleeren – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK