Fini les poneys dans les manèges de foire à Nivelles

Les manèges avec des poneys seront interdits dans les foires en Wallonie dès 2023 (illustration).
Les manèges avec des poneys seront interdits dans les foires en Wallonie dès 2023 (illustration). - © Belga

Déjà bannie à Bruxelles, ce type d'attraction foraine, appelée "hippodrome de foire", sera interdit en Wallonie dès 2023. La ville de Nivelles a décidé d'anticiper l'application du code wallon du bien-être animal. Résultat : la foire de carnaval, qui se tient en ce moment, sera la dernière où sera ce type de manège présent

"Ce manège a choqué profondément certains Nivellois, déclare Benoit Giroul, l'échevin des Fêtes. Et comme le décret wallon sera effectif d'ici quatre ans, on s'est dit qu'il fallait l'anticiper dès maintenant. Mais anticiper ce n'est pas simplement interdire. C'est aussi pouvoir dialoguer avec les forains."

Un coup dur pour les exploitants du manège

Nous les avons joints par téléphone. Ils disent qu'ils s'apprêtent à vivre des moments difficiles. D'abord dans l'immédiat, parce que les commentaires des défenseurs de la cause animale vont bon train sur les réseaux sociaux.

Vu l'annonce, le public ne comprend pas toujours pourquoi ce manège est encore présent sur la foire. Alors que ses propriétaires assurent, eux, que leurs dix poneys sont bien soignés, bien nourris, qu'ils ont droit à de longues périodes de repos, en pâture, et que l'inspection vétérinaire n'a jusqu'ici rien trouvé à redire.

Et puis, ce qui va être compliqué pour ces forains, c'est de se trouver une autre activité pour l'avenir. C'est la troisième génération de la même famille à vivre de ce type de manège de poneys. Racheter un nouveau manège, un nouveau métier comme on dit chez les forains, c'est un investissement de plusieurs dizaines de milliers d'euros au minimum. Et il faut aussi qu'ils s'adaptent aux demandes des différentes villes dans lesquelles ils sont présents. Des propriétaires qui se sentent donc aujourd'hui dans une impasse.

Journal télévisé 01/01/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK