Fin des plans "grand froid": les CPAS tirent la sonnette d'alarme

Les présidents de CPAS rappellent que l'aide à apporter aux personnes précarisées ne s'arrêtent pas avec la fin de 'hiver.
Les présidents de CPAS rappellent que l'aide à apporter aux personnes précarisées ne s'arrêtent pas avec la fin de 'hiver. - © Olivier Hoslet - BELGA

Ces plans organisaient notamment les places d’accueil pour les plus précarisés durant les nuits d’hiver. Mercredi, toutes les grandes villes ont fermé leurs abris d'hiver. C'est le cas aussi à Charleroi.

L’hiver aura été marqué par le dramatique fait divers survenu à Namur: le décès en rue d'un sans-abri. Les trois grands CPAS de Wallonie (Liège, Namur et Charleroi), par la voix de leur président (à Charleroi, c'est Eric Massin), saisissent l'occasion pour, ensemble, tirer la sonnette d'alarme.

Un "fait d'hiver"

Pour eux, aller de chez l'un à l'autre pour dormir, ne pas avoir de logement à soi, ce n'est pas un fait d'hiver seulement. Les difficultés pour les sans-abris, c'est toute l'année. Et les pouvoirs publics (fédéral, régional) doivent mettre en place de vrais plan de lutte contre la pauvreté, contre l'exclusion, pour la remise en logement de ceux qui se retrouvent à la rue.

Les présidents de CPAS rappellent qu'il y a plusieurs raisons pour lesquelles on peut se retrouver d'un coup sans domicile : perte de logement, perte de revenu, divorce, problème de santé mentale...

Les présidents des CPAS de Liège, Namur et Charleroi disent faire le maximum, y compris l'été, mais c'est au fédéral et aux régions d'aider mieux, et plus.

Le bilan du plan "grand froid" à Mons

A Mons, 330 personnes ont profité cet hiver du dispositif "grand froid". C'est 30% de moins que l'an dernier. Mais les personnes sont restées plus longtemps: 15 nuits, en moyenne.

Même constat à Tournai. 113 hommes et femmes ont séjourné à l'abri de nuit.

Quant aux structures ouvertes le jour, à Mons comme à Tournai, elles ont rassemblé un peu plus de monde: une vingtaine de personnes chaque jour à Tournai et jusqu'à 40 à Mons. Et des deux côtés, on a noté plus de jeunes que d'habitude.

Alain Vaessen, Isabelle Palmitessa

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK