Fin de la marche de deux jours des sans-papiers entre Bruxelles et Anvers

La marche de deux jours entamée samedi à Bruxelles à l'initiative du Front d'Actions des Migrants par quelque 250 sans-papiers et leur sympathisants afin d'attirer l'attention sur leur situation et réclamer un titre de séjour s'est terminée dimanche soir dans le centre d'Anvers. Ils ont notamment fait arrêt à la Caserne Dossin de Malines, au Fort et au Mémorial de Breendonk ainsi qu'au cimetière Schoonselhof d'Anvers.

Les sans-papiers rassemblés au sein du Front d'Actions des Migrants exigent notamment que l'intérêt de l'enfant soit pris en compte lors de l'examen des demandes d'asile. Ils demandent également que la procédure de régularisation se fasse sur base de critères fixes "comme c'est prévu dans la loi" ainsi qu'une procédure devant une commission indépendante.

Les sans-papiers estiment par ailleurs que le Secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) restreint de manière inutile la procédure d'asile en rallongeant notamment la liste des pays sûrs et en traitant les dossiers de manière moins approfondie.

Les manifestants espéraient être reçu à Malines par le primat de Belgique Mgr Léonard et par son prédécesseur le cardinal Godfried Danneels mais en vain. Ils ont toutefois été se recueillir devant les tombes des deux premiers "réfugiés de la mer" au cimetière Schoonselhof à Anvers.

Ils ont ensuite défilé entre la gare d'Anvers-Berchem et le centre-ville où ils ont partagé un souper et écouté les interventions de représentants de l'Eglise catholique ainsi que du PVDA avant de regagner Bruxelles en train.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK