Fête nationale en France: pourquoi les Liégeois fêtent-ils le 14 juillet?

Alain Laroche, président de l'association des amitiés françaises de Liège, était l'invité de week-end Première ce samedi matin.
Alain Laroche, président de l'association des amitiés françaises de Liège, était l'invité de week-end Première ce samedi matin. - © Tous droits réservés

En ce 14 juillet, la France célèbre sa fête nationale... une journée à laquelle la ville de Liège s'associe depuis des décennies. Et cette année encore, le 14 juillet sera synonyme de commémorations officielles à l'hôtel de ville de Liège, de concerts... et d'un feu d'artifice long de 20 minutes. A l'inverse, Liège met beaucoup moins en avant le 21 juillet, jour de la fête nationale belge. Comment expliquer cette différence ? Pour en parler, Alain Laroche, président de l'association des amitiés françaises de Liège, était l'invité de week-end Première ce samedi matin.

"Historiquement, nous avons eu tout un passé commun (avec la France) depuis 1870, explique Alain Laroche. En 1914, on a bloqué l'armée allemande avec les forts de Liège. Nous avons été la première ville hors de France à avoir la Légion d'honneur."

Dès 1945, "une poignée de Liégeois et de Français ont voulu marquer la mise en valeur de (la devise française) liberté-égalité-fraternité qui est très chère aux Liégeois". La province de Liège compte d'ailleurs quelque 30.000 ressortissants français.

L'arrogance française ? "Typique de Paris"

Au fil des années, Liège a continué à cultiver un "sentiment francophile marqué". Mais pas au point de soutenir la France en Coupe du monde pour autant, assure Alain Laroche. "Je pense qu'on aurait préféré être loyaliste et que la Belgique gagne. Mais nous allons enfin avoir les Français et les Belges qui vont gagner une finale. La petite et la grande. Ça serait une consolation."

Quant à savoir si les Français sont aussi arrogants qu'on le dit parfois, le président de l'association des amitiés françaises de Liège balaye la critique. "C'est typiquement dû aux grandes villes et Paris. Dans la France plus profonde et dans des grandes villes comme Marseille, Toulouse, Bordeaux, on ne ressent pas du tout cette arrogance, ou en tout cas beaucoup moins là-bas."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK