Fermetures chez ArcelorMittal, une mauvaise affaire pour les communes

Pour Isabelle Simonis (PS), la fermeture de deux lignes du froid à Flémalle est un coup dur pour les finances locales
Pour Isabelle Simonis (PS), la fermeture de deux lignes du froid à Flémalle est un coup dur pour les finances locales - © BELGA PHOTO BRUNO FAHY

La crise chez ArcelorMittal a aussi des répercussions pour plusieurs communes du bassin liégeois. A Flémalle par exemple, les fermetures des lignes de galvanisation 4 et 5 ont un impact très important sur les finances communales. L'administration a dû mettre en place une cellule finances pour revoir tout son budget. Sans compter la création d'une cellule sociale histoire d'être prêt à amortir le choc des licenciements.

 

"ArcelorMittal Liège vous souhaite une excellente année 2013"... C'est la carte de voeux qu'a reçue la bourgmestre de Flémalle le lendemain de l'annonce de fermeture des sites. Un hasard postal surréaliste pour la bourgmestre socialiste Isabelle Simonis. "La perte de recettes fiscales pour les deux lignes de galvanisation s'élève à 1,5 million d'euros par an. Et donc sur un budget de 34 millions ça fait 5% plus ou moins du budget", explique-t-elle.
 
Le conseil communal de Flémalle devait voter le budget 2013. Il est reporté, car celui que la commune comptait présenter ne reflétait plus la réalité. Pour trouver l'argent manquant, la bourgmestre n'a d'autre choix que de chercher en interne, même si, dit-elle, la commune a déjà fait beaucoup d'efforts.
 
Flémalle conserve l'usine Eurogal. Elle représente encore un million et demi d'euros de recettes d'ArcelorMittal. Mais si tout le reste du froid ferme demain, la perte sera catastrophique pour la commune: "Je n'ose pas y penser mais ça ferait 10% de notre budget, donc le double d'aujourd'hui". Une situation qu'Isabelle Simonis juge "très difficilement" tenable.
 
T.N. avec Eric Dagonnier
 
 
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK