Fermeture de Mini-Europe et Océade: 120 emplois à la trappe, au moins

Fermeture de Mini-Europe et Océade: 120 emplois à la trappe, au moins
2 images
Fermeture de Mini-Europe et Océade: 120 emplois à la trappe, au moins - © Flickr/Nigel's Europe

Une assemblée extraordinaire s'est tenue ce mardi matin dans les parcs de loisirs du Heysel, Océade et Mini-Europe. Les rumeurs qui évoquaient une possible fermeture des deux sites sont confirmées. Dès le 31 août, toute activité cessera sur le site du parc. Quelque 120 emplois seraient concernés, auxquels il faudrait ajouter ceux du "Village", le centre commercial jouxtant le site.

Réunis en assemblée, le personnel du site de Mini-Europe a appris la mauvaise nouvelle: la fermeture de l'attraction touristique pour la fin août. L'ensemble des infrastructures devant être rasées pour la fin de l'année.

Le patron de Mini-Europe et d'Océade, Thierry Meeus, s'est exprimé lors d'une conférence de presse. La raison de cette fermeture, dit-il, tient du fait que la direction n'est pas parvenue à obtenir une prolongation de leur bail dans le dossier de la réorganisation du plateau du Heysel. Conclusion, forcée, pour l'équipe en charge de Mini-Europe: l'obligation de mettre la clé sous le paillasson et la mise en application de la loi Renault.

Selon les premiers chiffres communiqués, 120 emplois sont directement touchés par cet arrêt d'activités. Sans oublier ceux de l'Horeca, qui se trouvent tout autour des deux implantations. Pour le site d'Océade, 19 CDI et 47 postes temporaires sont concernés. Quant à Mini-Europe: 16 CDI et 34 postes temporaires. Personnel et dirigeants accusent la ville et le PS d'être responsables de cette fermeture.

La direction d'Océade et Mini-Europe accusent encore la Ville de ne jamais les avoir inclus dans le projet de réaménagement du Heyzel. Et donc de les avoir sciemment sabordés. La ville de Bruxelles, de son côté, n'a pas souhaité répondre à nos questions mais souligne dans un communiqué que, depuis 2010, les exploitants des attractions ont eu tout le temps de préparer leur collaboration au projet NEO. Deux versions bien différentes de l'affaire, donc.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK