549 personnes licenciées avec la fermeture de Logistics Nivelles : "La direction a saboté ici le travail depuis deux ans" selon un syndicat

La direction du groupe de logistique Kuehne+Nagel a annoncé ce mercredi la fermeture de son site nivellois d'ici octobre 2022. Une procédure de licenciement collectif va être lancée : elle concerne au moins 549 personnes.

L’ambiance sur place est très tendue : les syndicats et les travailleurs ont réagi d’une façon virulente. A l’issue du conseil d’entreprise extraordinaire, le personnel a d’ailleurs décidé de partir en grève et de bloquer le site – plus aucune marchandise ne sort ni ne rentre du dépôt. " Nous leur avons promis une lutte sociale comme ils en ont peu connu " martèle Philippe Lescot pour la CNE. "On veut leur faire mal au portefeuille et on va s'organiser en front commun pour aller fermer les autres dépôts en Belgique", prévient Pascal Strube, secrétaire permanent pour le Brabant wallon du syndicat socialiste.     

Par ailleurs, la directrice s’est rendue ce matin avec quatre gardes-du-corps, dont l’un d’entre eux a été blessé et a été emmené à l’hôpital. Bloquée dans ses bureaux, elle envisage d’aller à la rencontre du personnel cette après-midi.

Un sabotage selon les syndicats

Logistics Nivelles fournit en partie les magasins de Carrefour en produits secs et frais. Selon Kuehne+Nagel, la santé du site est jugée "particulièrement préoccupante" depuis la reprise de l'usine en 2005.  

Pour la direction, le site n’est tout simplement plus rentable et continue à générer des pertes importantes au fil des années. " Malgré les efforts, les réorganisations et les augmentations de capitale, nous n’arrivons pas à redresser la situation. Sans aucune perspective de rentabilité, nous ne pouvons pas maintenir l’activité en place " explique Alexis Van Cutsem, porte-parole du groupe.

Cet argument est battu en brèche par les syndicats. Déterminés et scandalisés, ils dénoncent un " sabotage " de la part de la direction. " La direction a saboté le travail ici depuis deux ans et on peut le démontrer " fulmine Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. Pour d’autres syndicats, si la direction peut parler d’une productivité moindre, c’est à cause d’un manque d’investissement dans le matériel et les infrastructures.

Vers une relocalisation en Flandre

Afin de pouvoir encore approvisionner son client Carrefour, la direction envisage de relocaliser prochainement l'activité vers deux implantations en Flandre : Kontich (Anvers) pour les produits secs et Kampenhout (Brabant flamand) pour les produits frais.

Les syndicats, eux, déplorent que l’on n’ait pas même pas proposé aux travailleurs de Nivelles d’être relocalisés sur les deux sites flamands. "C'est scandaleux, parce que tout a été préparé et s'est mis en place progressivement pour cette délocalisation" estime Barbara Leduc, pour la CGSLB.

Les syndicats entendent tout faire pour sauver le dépôt nivellois et vont faire appel aux responsables politiques pour qu'ils interviennent dans ce dossier. "J'apprends avec stupéfaction que le déménagement au sein de notre pays de Logistics Nivelles entraine un licenciement collectif. J'ai convenu de rencontrer les syndicats prochainement. Un contact avec la direction sera également pris. J'appelle celle-ci à reconsidérer sa décision", a tweeté le ministre-président wallon, Elio Di Rupo.  

Interrogé en séance plénière du parlement wallon, le ministre régional de l'Economie, Willy Borsus, s'est quant à lui étonné de la délocalisation de l'activité au nord du pays, sans qu'un transfert des travailleurs ne semble envisagé. "Nous allons solliciter une rencontre avec la direction et avec les syndicats afin de comprendre l'ensemble des paramètres."

Sur le même sujet :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK