Succès inattendu pour "Femme de la Rue" et on reparle du sexisme

"Femme dans la Rue" rencontre un succès inattendu
"Femme dans la Rue" rencontre un succès inattendu - © HERWIG VERGULT (belga)

"Femme de la Rue" c'est ce documentaire réalisé par Sofie Peeters, étudiante en réalisation à Bruxelles. Son documentaire aborde le sexisme, un sexisme ordinaire, quotidien mais qui n'en est pas moins violent.

Avec une caméra cachée la jeune femme filme les remarques déplacées, les injures auxquelles elle doit faire face lorsqu'elle se promène dans le quartier Anneessens à Bruxelles, des injures parce qu'elle est une femme.

Le documentaire a relancé le débat sur le sexisme en Belgique, mais aussi au-delà des frontières.

Ce qui n'était, au départ, qu'un travail de fin d'étude, un documentaire, n'en finit pas de faire parler de lui et de sa réalisatrice, Sofie Peeters. Son propos est interpellant et peu abordé et pourtant il s'agit là du quotidien de certaines femmes à Bruxelles ou ailleurs. La VRT avait donc décidé de diffuser le documentaire, il y a une semaine. Depuis lors les choses se sont emballées. Dans un premier temps, ce sont les médias qui s'emparent du sujet. Vient ensuite la sphère politique. Dans le désert médiatique de l'été, la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, rappelle opportunément que le gouvernement fédéral prépare une loi pour condamner les propos sexistes. Des candidates  CD&V aux élections communales décident de se promener dans le quartier Anneessens en distribuant des tracts aux visées plus électoralistes qu'éducatives. Le documentaire prend ensuite de l'ampleur à l'étranger sur internet. Sofie Peeters est submergée de demandes d'interview de Belgique et d'ailleurs, sa boîte mail déborde. Des personnes la remercient d'avoir brisé un tabou. De nombreuses critiques également. La jeune réalisatrice est étonnée mais contente du retentissement. Elle regrette en revanche que le débat tourne souvent autour de l'origine allochtone des hommes qui l'abordent dans le film. Le groupe islamiste radical Sharia4Belgium a posté une vidéo insultante à l'égard de Sofie Peeters, estimant qu'elle provoque les hommes. La réalisatrice ne souhaite pas réagir à leurs propos.       

Et concernant Sharia4Belgium,  la chambre des mises en accusation d'Anvers a décidé de maintenir Fouad Belkacem, le porte-parole du groupe islamiste radical,  un mois de plus en prison.

Baptiste Hupin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK