Faute de subsides, l'asbl Bull'd'Air ne pourra bientôt plus nourrir ses 22 chevaux

Asbl Bull d'Air, Waudrez
2 images
Asbl Bull d'Air, Waudrez - © Tous droits réservés

On ne compte plus les bienfaits de l’hippothérapie : l’aide thérapeutique que le cheval peut apporter à la personne handicapée, à l’enfant en difficulté est reconnue depuis longtemps. C’est ce que propose, depuis plusieurs années, l’asbl Bull’d’air à Waudrez près de Binche. La structure est reconnue et fort appréciée des institutions spécialisées. Pourtant, la voici au bord de l’asphyxie : depuis mars, et le Covid, elle ne peut plus accueillir les bénéficiaires des institutions et n’a droit à aucun subside explique Gilberte Ghislain, la fondatrice de Bull d’Air. " On nous a tout simplement oubliés ! La première vague Covid est passée. Nous avons frappé à toutes les portes, mais on nous a répondu que puisque nous étions une asbl, nous n’avions droit à rien. Pourtant, une asbl, c’est sans but lucratif : nos entrées servent à payer nos sorties !".

Exceptionnellement, l’asbl a obtenu l’autorisation de faire quelques stages durant ces vacances, uniquement pour des enfants de moins de 12 ans. Céline Verhaegen, hippothérapeute. "Devoir brosser un cheval, le monter, lui faire faire des exercices, c’est très utile pour une personne qui a une mobilité réduite, qui doit travailler certaines parties du corps. C’est aussi un très bon "outil" pour travailler le mental, notamment chez des enfants placés. Cela leur donne confiance, et les rend moins stressés".

Pourtant, après ces quelques stages, plus aucune activité n’est prévue… Et donc plus aucune rentrée financière, alors qu’il faut continuer de nourrir et soigner22 chevaux. Gilberte Ghislain : " la paille, le foin, le loyer, le maréchal-ferrant… Nous devons sortir chaque mois entre 3800 et 4000 euros, hors frais vétérinaires !"
Gilberte Ghislain lance un cri d’alarme désespéré : "nous ne pouvons pas faire comme dans l’horeca, fermer 1 mois et rouvrir ensuite. Nous, si nous faisons ça nous avons 22 cadavres ! Nous devons nourrir ces bêtes ! Je ne comprends pas comment le gouvernement nous oublie ainsi. Et je ne parle pas que de mon asbl : tout le secteur est oublié, c’est incompréhensible. "
Si vous souhaitez aider l’asbl Bull d’Air, vous pouvez contacter la responsable via le Facebook de l’association.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK