Faute de films, certains petits cinémas postposent leur réouverture

Certains films que proposera le Ciné4 de Nivelles à sa réouverture étaient déjà sortis avant le confinement.
Certains films que proposera le Ciné4 de Nivelles à sa réouverture étaient déjà sortis avant le confinement. - © S. Vandreck

Le Conseil national de sécurité de ce mercredi 24 juin devrait préciser les modalités de réouverture des salles de cinéma, prévue ce premier juillet. Les exploitants savent déjà qu’ils pourront accueillir moins de spectateurs, vu l’obligation de respecter les distances de sécurité.

"Il y aura donc moins de séances car il faut éviter que les publics des différentes séances se croisent. Nous ouvrirons donc les salles trente minutes avant la séance. Le public devra rentrer d’un côté et sortir de l’autre. Il faudra aussi éviter les croisements entre les publics des deux salles", explique par exemple Pierre-Yves Darquenne, le directeur du Centre culturel de Nivelles, qui a repris à peine trois semaines avant le confinement la gestion des deux salles de l’ancien cinéma Athéna, rebaptisé Ciné4.

L’équipe planche d’ailleurs sur la manière de répartir de manière optimale l’occupation des sièges dans la salle, et prévoit d’engager du personnel supplémentaire afin de les placer correctement les spectateurs.

Les films qui seront disponibles le premier juillet sont des films qui étaient déjà sortis avant le confinement

Mais l’autre casse-tête, c’est celui de la programmation. Quels films proposer au public, qui a déjà pu découvrir pas mal de nouveautés sur les différentes plateformes internet ?

"Les films qui seront disponibles sont des films qui étaient déjà sortis avant le confinement. Nous en avons quelques-uns qui n’ont pas pu être diffusés et le seront à la réouverture. Pour nous, le premier film à sortir pendant les vacances est le nouveau François Ozon, dont la sortie est prévue le 15 juillet", regrette Pierre-Yves Darquenne. C’est une des raisons qui ont poussé le cinéma nivellois à postposer sa réouverture d’une quinzaine de jours.

Des habitués impatients

"Les films plus populaires ou a grand spectacle sont fortement retardés par les studios, qui n’ont pas trop envie de mettre sur le marché des productions qui ont coûté un pont et de se retrouver avec des salles encore vides", confirme Alexandre Kasim. Il exploite trois salles de cinéma de proximité, une à Bruxelles et deux en Brabant wallon. Lui aussi a décidé d’attendre avant d’ouvrir deux de ses salles.

"Nous réalisons des travaux dans la salle de Woluwé-St-Pierre, qui sera prête pour le 22 juillet. C’est d’ailleurs la date à laquelle nous reprendrons l’activité dans la salle de Jodoigne. A Rixensart, nous suivrons par contre le mouvement pour rouvrir le premier juillet, parce que l’offre de films à ce moment-là correspond mieux à son public", précise l’exploitant.

Pour lui, juillet n’est d’ailleurs pas la meilleure période pour relancer les cinémas, qui est une activité qui fonctionne mieux quand les journées sont courtes et la météo plus maussade.

Mais beaucoup d’habitués, comme à Nivelles d’ailleurs, ont déjà manifesté leur impatience de revenir s’asseoir sur les sièges capitonnés de ces salles. En gardant leurs distances, bien entendu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK