Faut-il supprimer les taxes et charges d'urbanisme pour les commerces bruxellois?

La Région bruxelloise réfléchit aux mesures à prendre pour attirer les entreprises et commercees sur son territoire (illustration).
La Région bruxelloise réfléchit aux mesures à prendre pour attirer les entreprises et commercees sur son territoire (illustration). - © Flickr – kzsktt36

Le débat est en cours en ce moment au Parlement régional. L'idée serait de rendre la Région plus attractive et d'inciter de nouvelles entreprises à s'y installer. La libérale Marion Lemesre et la ministre cdH de l’Économie Céline Frémault se sont opposées sur la question.

Le gouvernement bruxellois a adopté une nouvelle mouture de ce qu'on appelle les charges d'urbanisme. Il s'agit de faire contribuer les promoteurs mais aussi les nouvelles surfaces commerciales aux frais que la collectivité expose pour les accueillir : voiries, nettoyage, équipements collectifs. Le principe fait consensus.

Le conseil économique et social rassemble employeurs, classes moyennes et syndicats. Il a émis un avis favorable aux charges d'urbanisme. Mais pour la libérale Marion Lemesre, c'est une mauvaise idée. "Quand on compare à d’autres capitales qui n’hésitent pas à abandonner toute taxation, à offrir des surfaces gratuites pour attirer des enseignes attractives… on voit que l’on ne situe plus du tout dans la même dynamique."

Pour la ministre de l'Economie, la cdH Céline Frémault, le problème de l'attractivité de Bruxelles est ailleurs. "Le problème principal n’est pas lié aux taxes, c’est lié au manque d’espaces disponibles. Un chiffre pour illustrer l’intérêt de Bruxelles : lors du dernier MAPIC (de novembre dernier à Cannes), plus de 90 contacts ont pu être noués avec Atrium (l’Agence régionale du Commerce), dont 44% avec des enseignes non présentes à Bruxelles."

Les charges d'urbanisme ne concernent que les nouvelles implantations de plus de 2000 m². Les commerces de cette taille ne sont actuellement que 69 en région bruxelloise.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK