Faut-il conserver ou non l'ancien hôtel Normandy près du lac de Genval?

L'ancien hôtel Normandy près du lac de Genval.
L'ancien hôtel Normandy près du lac de Genval. - © RTBF

Le bâtiment, typique de l'architecture du début vingtième siècle, est bien dans le style des villas du lac. Aujourd'hui, un promoteur veut raser l'immeuble pour construire 16 appartements de luxe. Il est question aussi d'abattre 42 arbres dans le périmètre du projet. Une enquête publique est en cours. Côté communal, on semble plutôt favorable au projet.

Le terrain de 82 ares de l'ancien hôtel Normandy n'est pas loin de la gare et du tracé RER. On mesure bien vite l'intérêt immobilier de l'opération. Les 16 appartements de 100 à 200 m² devraient rapidement trouver acquéreur.

Côté communal, on ne conteste pas l'intérêt patrimonial du bâtiment mais on constate aussi qu'il n'y a personne pour le réhabiliter. "Le problème aujourd’hui, c’est de voir quelles options dispose la commune, nous répond Christophe Hanin (échevin de l'Urbanisme). Soit on soutient le projet et on l’accepte. Soit on laisse le bâtiment tel quel et dans cinq ans, c’est une vraie ruine."

Terrain et immeuble appartiennent à John Martin, un homme d'affaires très actif dans le secteur du lac.

Le projet présenté en est à sa deuxième mouture. Mais des voix s'élèvent pour dénoncer les nombreuses dérogations accordées au règlement communal d'Urbanisme.

Pour l'échevin, cela n'aurait rien d'exceptionnel : "Il y a effectivement 12 dérogations dans ce dossier. Des dérogations qui sont principalement architecturales. Il faut savoir que 85% des permis octroyés sont dérogatoires. Le règlement communal d’urbanisme étant tellement restreint dans ses options…"

Feu vert ou non au projet? L'enquête publique se termine le 8 décembre. Le débat devrait se poursuivre ensuite devant la CCATM, la Commission consultative d'Aménagement du Territoire. Puis, le fonctionnaire délégué de la Région wallonne sera consulté. Enfin, le dernier mot reviendra au collège qui décidera d'accorder ou non le permis.

Patrick Michalle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK