Faire reconnaître "Décrocher la lune" à l'UNESCO, aucune chance

Faire reconnaître "Décrocher la lune" à l’UNESCO, aucune chance
Faire reconnaître "Décrocher la lune" à l’UNESCO, aucune chance - © Tous droits réservés

L’idée vient de Franco Dragone, le metteur en scène installé à La Louvière a exprimé son idée dans la presse locale ce lundi : le spectacle "Décrocher la lune" pourrait être reconnu comme patrimoine culturel immatériel par l’UNESCO. Ce spectacle urbain inspiré des arts du cirque met en scène le personnage de Sancho qui tente de s’élever et d’atteindre l’astre lunaire. Franco Dragone a déjà pris ses informations il y a un an. Le voilà qui médiatise son idée. Idée séduisante mais surprenante qui n’a en réalité aucune chance d’aboutir, ou plutôt, pas tout de suite.

D’abord, parce qu’il faut une première reconnaissance au niveau des autorités locales. Être reconnu à l’inventaire des chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la fédération Wallonie-Bruxelles. Laurence Mathieu fait partie du comité de sélection et les critères sont assez clairs. "Il faut d’abord 75 ans d’existence pour s’assurer d’un ancrage local profond sur plusieurs générations." Et concernant Décrocher la lune, on en est loin puisque la première représentation a eu lieu en 2000. L’opéra urbain louviérois devra donc encore attendre cinquante-quatre ans avant de pouvoir demander la reconnaissance à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ensuite seulement, il faudra introduire le dossier devant l’UNESCO. Et là aussi, la procédure prend des années.

Qu’y a-t-il sur l’inventaire de la Fédération ?

Ces dernières années, l’inventaire des chefs-d’œuvre a reconnu les arts et la culture du cirque traditionnel itinérant, la culture vivante de la fête foraine, les carillons, l’art des sonneurs de trompe. Mais aussi des connaissances techniques agricoles utilisées dans certaines régions. Et d’autres dossiers sont à l’étude pour les années à venir. Mais rien pour La Louvière. Et on l’a compris, pour Décrocher la lune, il faudra un peu de patience.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK