Etudes de médecine: le concours en fin de 1er bachelier médecine sera bien organisé à Liège et à Namur

Etudes de médecine: le concours en fin de 1er bachelier médecine sera bien organisé à Liège (photo d'illustration)
Etudes de médecine: le concours en fin de 1er bachelier médecine sera bien organisé à Liège (photo d'illustration) - © Belga

Le tribunal des référés de Namur a rejeté lundi après-midi les recours introduits par les différentes organisations étudiantes contre l'organisation de sélection en fin de premier bachelier médecine/dentisterie, destiné à limiter le nombre d'étudiants admis en seconde année. Le concours aura donc bien lieu pour l'ensemble des étudiants fin juin. Plus tôt dans la journée lundi, la justice avait également tranché dans ce sens au tribunal des référés à Liège.

Différentes organisations étudiantes (la Fédération des étudiants francophones, le Comité interuniversitaire des étudiants en médecine et les fédérations étudiantes des universités UCL, ULB, ULg et UNamur) demandaient l'invalidation de l'épreuve, destinée à limiter le nombre d'étudiants en seconde année et à écrémer la future promotion 2022. Le même concours, en 2016, avait été invalidé par le Conseil d'Etat, qui avait jugé que le quota de numéros Inami prévu pour 2021, auquel était lié le classement du concours, n'était pas motivé de manière adéquate. Or, le même quota, pour 2022, n'a pas été officiellement publié.

Selon les avocats des étudiants, Me Kettels et Me Misson, les conditions de l'organisation de l'épreuve 2017 n'étaient pas réunies. Cependant, tant à Namur qu'à Liège, les demandes introduites devant les tribunaux de première instance ont été déboutées, mais pour des raisons différentes. Le juge de Liège a ainsi estimé que les étudiants ne demandaient pas l'application d'un décret et s'est donc déclaré incompétent pour juger leur demande. Tandis qu'à Namur, la juge a estimé qu'il y avait un défaut d'urgence, les étudiants ayant tardé à agir. Alors qu'ils connaissaient depuis longtemps la date d'examen, ils n'ont introduit le recours que le 31 mai 2017, soit à la veille des examens. "C'est vrai qu'ils ont un peu tardé, mais pendant longtemps ils ont aussi espéré que les choses bougent en leur faveur", a expliqué Me Misson. En raison de la date proche du concours, le 22 juin prochain, aucun appel n'est envisageable à court terme, mais il est encore éventuellement possible de saisir le Conseil d'Etat, voire de contester les résultats du concours.

Les étudiants en médecine contestent toujours la validité des quotas

La Fédération des Étudiants Francophones (FEF) conteste toujours la validité des quotas fédéraux et relève que les décisions prononcées n'entament en rien la voie à un nouveau recours, à posteriori, sur le fond du dossier.

"Du côté liégeois, le tribunal estime que les quotas ont été implicitement créés et sont valides mais il se déclare incompétent et ne se prononce pas sur le fond. Du côté namurois, le tribunal déplore le caractère urgent du recours, qui aurait pu être introduit en début d'année académique, mais ne se prononce pas non plus sur le fond", analyse la FEF. La FEF envisage un nouveau recours, à posteriori, même si le concours aura lieu jeudi dans les cinq universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles. "Les juges ne se sont pas prononcés sur le fond mais uniquement sur la forme. La FEF et ses conseils étudiants, ainsi que la Fédé, marquent leur déception face à ces décisions et se désolent de voir des étudiants motivés devoir subir un dispositif de sélection obsolète et contestable, créé par l'inertie des pouvoirs publics tout au long de l'année", indique-t-elle encore dans un communiqué.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir