Et si vous alliez cueillir vos fleurs vous même dans le champ ?

Gaston van Wilder, l'agriculteur
3 images
Gaston van Wilder, l'agriculteur - © Tous droits réservés

C'est une idée qui a de plus en plus de succès auprès du grand public : aller cueillir "ses" fleurs, directement dans le champ de l'agriculteur. Gaston van Wilder s'est lancé dans l'aventure l'année dernière, et il ne le regrette pas. Ses 4 champs de tulipes, à Thuillies, Barbançon, Somzée et Tarciennes ne désemplissent pas. " Ca n'arrête pas ! Je vois toujours des gens en train de couper des fleurs quand je passe !". Quand il passe ... car le principe est ici basé sur la confiance : pas de surveillance des fleurs : les gens sont invités à payer ce qu'ils ont pris en mettant l'argent dans une boîte cadenassée se trouvant à l'entrée du champ. " C'est tout à fait normal, dira une dame, tout travail mérite salaire !" Un autre nous dira : " C'est comme si j'allais au magasin : je n'en sortirais pas sans avoir payé ce que j'ai acheté! Et bien ici, c'est la même chose !". Gaston van Wilder, lui, y voit aussi un nouveau rapport à créer avec le grand public : " on a tellement décrié les agriculteurs que ici, je veux leur montrer qu'il y a moyen de travailler simplement, en durable, en local, à condition que tout le monde joue le jeu". Tous le diront : ils adorent le principe de choisir les fleurs, les modèles, les couleurs et le nombre qu'ils désirent. Et pour eux, ce n'est pas une concurrence des fleuristes traditionnels. "Pas du tout, dira un quidam. Si j'ai besoin d'un beau bouquet, d'un montage ou d'une gerbe pour un enterrement, c'est bien sûr chez le fleuriste que je vais aller ! Mais pour quelques fleurs, c'est dans ce champ que je vais m'arrêter !".

La saison des tulipes (et bientôt des narcisses) bat son plein. D'ici un gros mois, ce sera au tour des lys, puis des glaïeuls et des tournesols.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK