Et si le Manneken Pis de Bruxelles n'était pas unique?

RTBF
RTBF - © RTBF

Manneken Pis bruxellois ne serait pas le plus vieux à faire pipi en Belgique. Une autre ville de Flandre atteste que le sien est le premier du genre dans le pays. Petite histoire d'une vieille bagarre amicale entre Grammont et Bruxelles.

La statuette de bronze célèbre à travers le monde est entourée de légendes et de mystères. A Bruxelles, elle est officiellement apparue au début du XVIIème Siècle, en 1619. Elle surplombait alors une fontaine qui approvisionnait les habitants du quartier en eau potable. Voilà pour la version historique. Oui, mais ce n'est pas tout.

Car ce qui rend le "Petit Julien" de Bruxelles si mystique, c'est la multitude de légendes qui l'entoure. L'ordre des amis du Manneken Pis, fondé en 1954 pour "défendre et promouvoir le folklore bruxellois autour du Manneken Pis", en répertorie six. De l'histoire d'un petit garçon sans vergogne changé en statue au VIIIème siècle, en passant par le petit garçon sauveur de la cité, le Manneken Pis bruxellois inspire les mythes, et c'est ce qui le différencie de son homologue de Grammont.

A Grammont en effet, on se vante d'avoir la preuve historique qu'un "petit bonhomme en laiton" a été commandé chez un fondeur de cuivre de Bruxelles. C'est en tout cas ce qu'indiquent les comptes de la ville de 1455-1456. A l'époque, Grammont était en phase de reconstruction après le passage dévastateur des troupes de Jean de Croy, le 16 avril 1452. La fontaine publique, ornée alors d'un lion, ayant été détruite, les échevins décidèrent de le remplacer par un Manneken Pis. Comme à Bruxelles une confrérie de Manneken Pis a été créée en 1984 pour promouvoir le petit bonhomme qui fait pipi.

Entre les deux associations, on pourrait penser que c'est la guerre du "qui a le plus vieux Manneken Pis" mais il semblerait plutôt qu'il ne s'agisse de chamailleries de bons copains. 

(Elise Delève)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK