Est-ce qu'il reste de la place à la bibliothèque? Une appli vous le dit

Les bibliothèques se remplissent vite en période de bloque. Il existe maintenant une application smartphone pour connaître le taux d'occupation des bibliothèques.
Les bibliothèques se remplissent vite en période de bloque. Il existe maintenant une application smartphone pour connaître le taux d'occupation des bibliothèques. - © RTBF - Flou

Avec la bloque qui démarre, beaucoup d'étudiants vont se poser régulièrement la même question : est-ce qu'il reste de la place à la bibliothèque ? Jusqu'à présent le meilleur moyen de s'informer, c'était de se présenter à l'entrée, au risque de devoir faire la file en cas de saturation, jouer des coudes ou rebrousser chemin.

Pour éviter des pertes de temps ou les tensions dans les files d'attente, une entreprise française a développé une "appli" pour smartphone qui mesure en temps réel le taux d'occupation des bibliothèques. L'université de Namur a inscrit depuis le 17 mars dernier ses deux bibliothèques (Moretus Plantin et Droit) sur cette application.

"Il faut présenter un badge pour entrer dans nos bibliothèques, explique le directeur de Moretus Plantin Nicolas Louis. Nous savons donc en permanence combien de personnes entrent et sortent. Et nous communiquons ces données toutes les deux minutes à l'application Affluences."

Dans les bibliothèques qui ne sont pas équipées d'un système de comptage à l'entrée, Affluences installe des capteurs infra-rouge qui détectent les entrées et les sorties et fournit l'information directement au serveur de l'application.

Des files d'attente de plusieurs heures à Paris

Pour les étudiants, l'appli est gratuite. A condition d'activer la fonction géolocalisation de son téléphone, l'utilisateur peut découvrir, en un ou deux clics, les bibliothèques les plus proches et leur taux de d'occupation. L'application propose également des prévisions de fréquentation pour le reste de la journée. Ce qui permet aux étudiants d'anticiper les heures de pointe.

Le système a été imaginé et développé par des étudiants parisiens, qui ont connu les files d'attente devant les bibliothèques. "Le dimanche, à l'entrée de certaines bibliothèques parisiennes, les étudiants font la file pendant deux ou trois heures, explique le patron d'Affluences, Paul Bouzol. Alors qu'il y a peut-être de la place à quelques stations de métro de là, dans une autre bibliothèque un peu moins courue. Notre application permet de mieux distribuer la demande dans le temps et dans l'espace."

Deux-cent cinquante bibliothèques sont déjà inscrites sur cette application, la plupart en France, mais aussi depuis quelques mois en Wallonie, cinq à Liège et deux à Namur. Une des bibliothèques de l'Université libre de Bruxelles fera aussi bientôt partie du réseau.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK