Eros center à Bruxelles: pas une bonne idée disent les associations

La vila Tinto à Anvers
La vila Tinto à Anvers - © DIRK WAEM - BELGA

La ville de Bruxelles cherche un bâtiment ou un morceau de rue qui pourrait accueillir un Eros Center sur le modèle de la Villa Tinto à Anvers. L'idée serait d'interdire la prostitution de rue. Mais voilà, pour les associations de défense des droits des prostituées, cette solution n'est certainement pas la panacée et elle ne fait finalement que déplacer le problème.

C'est au cours d'une réunion de concertation avec les riverains et les associations qui défendent les intérêts des prostituées que le bourgmestre a annoncé la volonté de la ville de mettre en place ce type de projet. L'idée, nous confirme son porte-parole, c'est d'offrir une alternative crédible avant d'interdire définitivement la prostitution de rue :

"Si cela peut aider à résoudre les problèmes dans notre quartier, nous sommes pour. On appuie la volonté de la politique du bourgmestre. Mais pour des raisons de disponibilité foncière et de nuisance, cet Eros center ne devra pas être dans un quartier habité et encore moins dans notre quartier", explique David Acitores du comité de quartier Alhambra.

Pour les associations de défense des droits des prostituées, cette solution n'est certainement pas la panacée et elle ne fait finalement que déplacer le problème, souligne Sonia Verstappen, ancienne prostituée et administratrice de l'association ESPACE P : "On peut créer ça, évidement, mais se dire que, en ayant fait ça on a réglé le problème de la prostitution, c'est totalement hypocrite et c'est totalement contre-productif parce que, les filles qui ne peuvent pas rentrer dans le cadre de l'Eros center, elles vont se retrouver dans la clandestinité".

Un phénomène, nous dit Espace P, qui a déjà été observé après la création de la villa Tinto à Anvers.

Nous avons tenté de joindre le Bourgmestre Yvan Mayeur (PS) pour qu'il nous précise ses intentions. Mais il n'a pas donné suite à nos demandes d'interview. Agenda trop chargé nous a dit son attaché de presse. Yvan Mayeur est, en effet, reparti au Brésil mercredi après-midi, notamment pour faire du lobbying pour la candidature de Bruxelles pour l'Euro 2020.

Colette Jaspers avec Pierre Vandenbulcke

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK