Eoliennes citoyennes: une lueur d'espoir pour la coopérative Enercoop

Eoliennes citoyennes : une lueur d'espoir pour la coopérative Enercoop
Eoliennes citoyennes : une lueur d'espoir pour la coopérative Enercoop - © RTBF - Flou

Une assemblée générale de la coopérative s'est réunie ce jeudi à Genappe, au siège social de la société. Une quarantaine de coopérateurs étaient présents, très inquiets de la situation préoccupante d'Enercoop. Ils ont accepté de voter les comptes de l'année 2017, présentés par les administrateurs provisoires désignés par le tribunal de commerce. Mais ils ont refusé de donner la décharge aux administrateurs de la coopérative, estimant que leur gestion avait été calamiteuse. Les administrateurs provisoires ont annoncé qu'il était encore possible d'éviter la liquidation à condition de renouveler complètement le conseil d'adminitration et de trouver de nouvelles personnes pour porter le projet.

Salaires, frais de consultance et voitures de fonction...

Pour rappel, la coopérative a levé 680.000 euros d'épargne publique pour financer des projets d'éoliennes. Mais après deux ans d'activités, sur fond de conflit entre les deux principaux promoteurs du projet (Bernard Delville et Jean-François Mitsch), les caisses de la coopérative sont vides et aucun projet concret n'a vu le jour.

"L'administrateur délégué, Jean-François Mitsch, a dépensé de l'argent sans compter, dénoncait un des coopérateurs (Daniel Detienne) à la sortie de l'assemblée générale : salaires, frais de consultance, voitures... La moitié du capital de la coopérative est parti en fumée. C'est pour ça que nous n'avons pas voté la décharge." Les coopérateurs se réservent ainsi la possiblité de poursuivre les administrateurs d'Enercoop en justice.

Le reste de l'argent d'Enercoop, soit environ 400.000 euros, a été tout même investi dans des projets d'éoliennes, mais indirectement, via deux prêts octroyés à une autre société, Vent d'Houyet (également sous la houlette de Bernard Delville et Jean-François Mitsch). Selon les administrateurs provisoires, la situation financière du débiteur paraît saine. Il resterait donc suffisamment d'actifs dans Enercoop pour espérer pousruivre l'activité.

Ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain

Lors de l'assemblée générale de ce jeudi, les administrateurs provisoires ont présenté leur stratégie : renouveler complètement le conseil d'administration et trouver éventuellement un porteur parmi les nombreuses coopératives actives dans ce secteur. Plusieurs pistes sérieuses seraient à l'étude. Certes la situation, et désormais la réputation, d'Enercoop n'est pas brillante. Mais dans le petit monde des coopératives citoyennes, personne n'a intérêt à ce que les centaines de coopérateurs d'Enercoop (ils sont environ 1000) perdent leur mise. Et leurs illusions...

"Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain, commentait un autre coopérateur (Yves Amand) à l'issue de l'assemblée générale. Enercoop a été mal gérée mais je peux vous citer beaucoup d'autres coopératives citoyennes dans le secteur des énergies renouvelables qui fonctionnent très bien."

Les administrateurs provisoires ont donné rendez-vous aux coopérateurs d'Enercoop fin janvier pour une nouvelle assemblée générale extraordinaire.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK