Le "cannabidiol shop" entre herboristerie et coffee shop

La petite boutique ressemble plus à une herboristerie qu’à un coffee shop, mais l’odeur qui s’échappe de ces bocaux laisse peu de doute...
2 images
La petite boutique ressemble plus à une herboristerie qu’à un coffee shop, mais l’odeur qui s’échappe de ces bocaux laisse peu de doute... - © RTBF

La petite boutique de Maxime Carrot, dans le centre piétonnier de Namur, ressemble plus à une herboristerie qu’à un coffee shop mais l’odeur qui s’échappe de ses bocaux laisse peu de doute : il vend des fleurs séchées de cannabis. Les différentes variétés sont exposées dans de jolis récipients en verre : orange bud, lemon indoor; big bud, outdoor skunk... Comptez entre 10 et 15 euros le gramme. Maxime pèse méticuleusement la marchandise sur le comptoir avec une balance électronique.

Les plantes, produites en Suisse, contiennent un taux très faible de THC, la molécule psychotrope du cannabis. Or, en dessous de 0,2 %, la plante n'est pas considérée comme une drogue en regard de la législation européenne et belge.

"C’est plutôt un complément alimentaire, explique Maxime Carrot. Il n’y a pas d’effets secondaires, ça ne peut pas vous faire de mal." Le produit aurait des vertus apaisantes grâce à une autre molécule contenue dans la plante, le cannabidiol, ou CDB, qui lui n’est pas prohibé.

Ce cannabis " light " est délivré dans des petits sachets marqués d'une feuille de chanvre et présentés comme une "infusion". Mais la plupart des clients achètent bel et bien ce cannabis pour le fumer.

"J'ai envie d'arrêter du fumer du vrai cannabis, explique Michel, un jeune client d’une vingtaine d’années. Je consomme depuis des années, mais j’en ai un peu marre d’être défoncé. J’espère trouver avec ce produit un effet calmant, sans avoir les effets secondaires du stupéfiant : troubles du sommeil, paranoïa, etc. "

Mais les CBD shops flirtent avec les limites de plusieurs législations : celle sur les stupéfiants (qui garantit vraiment que le taux de THC est inférieur à 0,2% ?), exercice de la médecine, lois sur les médicaments, mais aussi la sécurité alimentaire.

Face à ce nouveau phénomène, c'est l’Afsca qui a réagit la première. L'agence de sécurité alimentaire a contrôlé plusieurs cannabidiol shops ces dernières semaines et a saisi tout ce qui était conditionné sous forme d’aliments, les infusions notamment.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK