Entre 2003 et 2016, Bruxelles aurait perdu près de 14% de surface verte

Ce ne sont pas de parcs qui ont disparu, mais bien des espaces plus ou moins sauvages (illustration).
Ce ne sont pas de parcs qui ont disparu, mais bien des espaces plus ou moins sauvages (illustration). - © Wikipedia

14%, c'est 1/7ème du total de verdure au sol à Bruxelles, l'équivalent de 1600 terrains de foot. Un constat fait par l'Université d'Amsterdam et relayé par le média Bruzz.

Où ces espaces ont-ils été perdus ?

Ce ne sont pas de parcs qui ont disparu, mais bien des espaces plus ou moins sauvages, des friches sur lesquelles on a bâti. Parfois de très gros projets, comme par exemple à Tour et Taxis où les gros bâtiments ont poussé ces dernières années, ou le campus de l'ULB à La Plaine où des tours d'immeubles ont été érigées. On pense aussi aux extensions de l'hôpital Erasme ou encore la construction de l'immense nouveau siège de l'Otan sur un immense terrain jusqu'alors inoccupé à Haren.

14% de vert en moins… et aujourd’hui ? Est-ce pire ?

Probablement, puisqu'entre temps d'autres projets immobiliers sont sortis de terre en Région bruxelloise. Et d'autres sont en chemin sur de grosses friches toujours sauvages à Bruxelles.

Pensons notamment à la friche Josaphat à Schaerbeek ou encore au projet de construction d'immeubles de logement dans l'actuel parc Louis Hap, à Etterbeek.

Du côté du gouvernement régional, le nouveau ministre de l'Environnement, l’Ecolo Alain Maron, n'est pas vraiment surpris par ces chiffres. Il l'explique notamment par l'arrivée de 200.000 nouveaux Bruxellois ces 15 dernières années.

Archives : Journal télévisé du 04/06/2015

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK