Enquête interne ouverte à la police de Forest à la suite d’un refus d’acter une plainte

Une enquête disciplinaire a été ordonnée par le chef de corps de la police de Forest "afin de déterminer si des dysfonctionnements ont été commis" après qu’un habitant de la commune a affirmé avoir eu des difficultés à déposer plainte à la suite d’une violation de son domicile le 22 juin. La plainte n’a été actée que neuf jours plus tard, un "parcours du combattant", affirme le Forestois.

Un agent immobilier de Forest a été réveillé, le 22 juin vers 06 heures, par des individus se présentant comme des policiers, revêtus de l’uniforme de la fonction, affirmant qu’ils avaient un mandat de perquisition. Ceux-ci ont ensuite saisi des ordinateurs et des smartphones puis ont quitté les lieux. Quelques heures plus tard, une fois le choc passé, l’habitant s’est rendu compte qu’il avait été victime de cambrioleurs rusés.

Quatre visites au commissariat sans être entendu

Il s’est rendu au commissariat le plus proche, dès le lendemain, pour expliquer ce qui lui était arrivé, s’assurer qu’il n’y avait bien aucune enquête policière le concernant qui aurait pu mener à une perquisition et déposer plainte pour vol le cas échéant. Mais la démarche s’est révélée ardue. "Entre le 22 et le 24 juin, mon client s’est rendu à quatre reprises à la police pour déposer plainte, sans succès, les policiers de Forest le renvoyant tantôt vers un commissariat d’Anderlecht tantôt lui demandant de revenir un autre jour", a commenté le conseil de la victime Me Hervé Hérion. "Le refus d’acter une plainte est une infraction passible de sanctions disciplinaires".

La plainte a finalement été actée le 1er juillet, mais la zone de police Bruxelles-Midi a indiqué à la victime qu’elle ouvrait une enquête disciplinaire pour faire la lumière sur les éventuels dysfonctionnements de la police.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK