Enghien: une nuit blanche pour accéder à une classe d'immersion

Apprendre le néerlandais, une exigence pour ceratins parents d'Enghien.
Apprendre le néerlandais, une exigence pour ceratins parents d'Enghien. - © BRUNO ARNOLD - BELGA

Un réveil entre soulagement et déception ce matin à l'Institut Albert Premier d’Enghien. De nombreux parents y avaient passé la nuit dans le seul objectif d’obtenir une place dans l'unique classe d'immersion en néerlandais de 3ème maternelle. La classe accueillera 25 élèves et pas un de plus.

Comme la règle du 'premier arrivé premier servi' prévaut, des parents ont passé la nuit sur place. Comme ce fut le cas à Bruxelles voici quelques années pour pouvoir choisir son école. Une procédure qui n'existe plus aujourd'hui.

Beaucoup d'appelés...

Les inscriptions ont commencé samedi matin et, sans surprise, il y a eu moins d'heureux que de déçus. C'est le cas de Vincent dont le fils Noah de 5 ans et demi, n'ira pas en immersion. "Mon épouse a patienté les 12 premières heures, je fais les 12 suivantes et elles fera les 12 prochaines " déclarait-il avant l'ouverture des portes. "Vous êtes ici sur la frontières linguistique. J’estime que le néerlandais est primordial. En Belgique on devrait tous être au moins bilingue." Une maman déclare: "On est 21ème sur la liste. Je ne voulais pas venir si tôt, mais comme on m’a averti qu’il y avait du monde devant l’école, il fallait venir."

La directrice, Françoise Vercruysse regrette cette situation mais dit ne pas pouvoir proposer de solutions alternative, car l’école n’a pas le projet d’augmenter les places en immersion : "Pour l’instant on a toujours dit que l'on se limiterait à une classe et à deux autres classes en filière classique. Mais on propose du néerlandais dès la deuxième maternelle et jusqu’en 6ème primaire. Les élèves terminent avec 6 heures de néerlandais par semaine alors qu’en immersion, ils en ont 8. La filière classique offre donc un bon niveau de néerlandais."

Isabelle Palmitessa

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK