Enghien: le projet d'installation d'un centre de transition suscite des inquiétudes

La ville d’Enghien devrait accueillir l’an prochain la première maison de transition de Wallonie.
La ville d’Enghien devrait accueillir l’an prochain la première maison de transition de Wallonie. - © Belga - David Stockman

La ville d’Enghien devrait accueillir l’an prochain la première maison de transition de Wallonie à savoir un établissement dont la finalité est d’aider les détenus en fin de peine à préparer leur réinsertion dans la société. 

En Belgique, une première maison de ce type a été inaugurée ce lundi à Malines : quinze détenus s’y installeront dès la semaine prochaine.

Des inquiétudes nuancées

À Enghien, ce sera pour début 2020 mais une pétition circule. "le projet en lui-même, nous sommes vraiment pour, indique cette première personne, nous trouvons que c’est une très bonne idée, bien sûr que la réinsertion est nécessaire, et ce n’est pas parce que ce sera dans notre jardin que nous y sommes opposés, c’est simplement que nous voulons une issue positive pour les détenus concernés et c’est là que se situe le problème étant donné qu’ Enghien ne dispose pas d’entreprises, ni d’économie et  que la ville se situe au milieu des champs… ce qui me fait craindre que le taux de réussite du projet n’atteigne pas les 10%"

"Le bourgmestre et l’échevine de la cohésion sociale expliquent qu’il s’agira de détenus light, souligne cette deuxième intervenante, "mais on se rend compte qu’aucun profil de sélection des profils des détenus n’est mentionné dans l’arrêté royal".

"On n’a même pas pu participer au projet, on s’est trouvé devant un fait accompli" dénonce cette troisième, "nous avons simplement été invités à la réunion d’information organisée ce 11 septembre".

Le bourgmestre comprend

Présent ce lundi à l’inauguration de la maison de transition de Malines, le bourgmestre d’Enghien Olivier Saint-Amand (Ecolo), est tout à fait à favorable au projet mais dit comprendre les inquiétudes des Enghiennois et des habitants de la région "C’est quelque chose qui est nouveau, on n’a pas en Belgique de points de repères alors qu’en France les initiatives se multiplient dans ce domaine, c’est une pratique qui est devenue courante la réinsertion des prisonniers, je comprends donc tout à fait les inquiétudes des habitants d’Enghien et de la Région mais il faut que nous puissions expliquer et leur montrer qu'il ne s'agit pas d' un problème mais plutôt d’une opportunité exceptionnelle pour tout le monde".

La réunion d'information aura lieu demain soir à 19h30 à la Salle des Acacias, située dans le Parc d’Enghien. Des représentants du ministère de la justice, de la prison de Leuze et de la société privée qui va gérer les lieux seront présents. 

Direct d'Alisson Delpierre depuis la maison de transition de Malines, dans notre JT 13h de ce lundi:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK