En Flandre, des arbres abattus "pour que les migrants ne puissent pas se cacher"

En Flandre, des arbres abattus "pour que les migrants ne puissent pas se cacher"
En Flandre, des arbres abattus "pour que les migrants ne puissent pas se cacher" - © Tous droits réservés

Cela fait plusieurs mois maintenant que les migrants qui tentent de rejoindre l'Angleterre sont traqués par la police. En janvier dernier, la surveillance des parkings d'autoroute a été renforcée. C'est dans ce contexte qu'un message posté sur Twitter par l'AWV (l'agence flamande des routes et du trafic) a suscité l'indignation en Flandre.

Comme le signale daardaar.be, tout est parti de considérations écologiques. Un internaute s'inquiète de l'abattage d'arbres en pleine saison de reproduction des oiseaux. Il joint à son message une vidéo filmée sur l'E313 à hauteur de Ranst, à l'est d'Anvers. "Il y a tellement de choses à faire pour lutter contre les particules fines et vous abattez les premiers filtres à particules le long des autoroutes", dénonce-t-il.

Ce à quoi l'AWV répond : "Ces travaux d’élagage s’inscrivent dans le cadre de la problématique des transmigrants sur les parkings, et sont effectués à la demande de la police et du gouverneur, afin que les transmigrants ne puissent pas s’y cacher. Nous veillerons à tenir compte de la saison de couvaison lors des taillis à venir".

La réponse n'a pas convaincu l'internaute inquiet pour la faune et la flore. L'homme ajoute au passage que "le parking est en direction de Liège, pas en direction de Calais ou de l'Angleterre". 

Dans les différentes réactions à cette réponse de l'AWV, le débat porte à la fois sur la question des migrants et sur le sort réservé aux oiseaux en cette saison. "Pour nos autorités, les transmigrants sont une sorte d'oiseau migrateur que nous devons chasser", s'insurge un utilisateur de Twitter.

En Wallonie aussi, une mesure similaire avait été adoptée du côte de l'aire d'autoroute de Bierges,dans le Brabant Wallon. Le stationnement avait été interdit au poids lourds durant les mois d'été 2017, et les buissons et arbres alentours avaient été éclaircis afin que les migrants ne puissent plus s'y cacher.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK