Emmanuel De Bock: "Il faut améliorer le vote électronique"

Le député FDF Emmanuel De Bock était l'invité de VivaBruxelles, ce mercredi matin
Le député FDF Emmanuel De Bock était l'invité de VivaBruxelles, ce mercredi matin - © Tous droits réservés

Invité sur Viva Bruxelles, le député bruxellois FDF a expliqué qu'il faut investir maintenant dans du matériel permettant d'assurer un vote électronique avec ticket de contrôle pour les élections communales de 2018. Emmanuel De Bock veut aussi un organe indépendant pour la validation des résultats, avec recours possible.

Le bug informatique des élections (fédérales et régionales) de l'an dernier a suscité de nombreuses réactions de protestation et de méfiance envers le vote électronique. 

Un problème de logiciel avait provoqué du retard dans la publication des résultats dans certains cantons. Le "couac" du logiciel de totalisation des votes avait notamment entraîné des problèmes dans la comptabilisation de quelque 2000 voix de préférence, selon le SPF Intérieur.

Le Service Public Fédéral Intérieur avait précisé que cela ne représentait qu'une partie infime des 21 millions de votes exprimés.

Malgré les protestations de nombreux candidats, le Fédéral avait alors assuré qu'il n'y avait eu aucun impact sur la répartition des sièges. N'empêche! Ce dérapage informatique allait relancer le débat sur le vote électronique.

Trancher rapidement en vue du scrutin 2018

Pour l'Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale, il est grand temps que la Région bruxelloise fasse ses recommandations pour les élections communales de 2018. Retour au papier ou amélioration du vote électronique, le président de l'Association, Marc Cools, estime en tout cas qu'il faut réagir très rapidement.

C'est aussi l'avis du député FDF Emmanuel De Bock qui prône plutôt le maintien du système informatique, moyennant certaines conditions.

"Il y a eu des problèmes l'an dernier; il faut donc investir dans du matériel informatique", précise l'élu bruxellois.

"Il faut investir maintenant; on pourrait généraliser un système avec ticket de contrôle comme celui qui a été testé à Saint-Gilles et à Woluwe-Saint-Pierre", a expliqué en substance le député FDF.

Une garantie de transparence qui a un coût, reconnaît Emmanuel De Bock. "Mais de toute manière, le vote électronique en soi a un coût plus important que le vote papier", ajoute-t-il en rappelant qu'il est temps de faire le rapport coûts/bénéfices entre les deux systèmes, avant de lancer une procédure permettant de moderniser le parc informatique bruxellois actuel.

Un organe de validation indépendant

Pour améliorer le vote électronique, Emmanuel De Bock prône également la création d'un organe indépendant chargé de valider les résultats.

"Actuellement, il y a quelque part un conflit d'intérêt; la Cour européenne des Droits de l'Homme condamne d'ailleurs le système actuel où le politique se contrôle lui-même. Et donc, il faut un organe indépendant et impartial qui peut exercer un contrôle juridictionnel sur l'élection des députés. Il faut des auditions, de la transparence et une voix de recours, car aujourd'hui, il n'y a pas de possibilité de recours institutionnalisé. Je déposerai donc un texte dans ce sens avec mes collègues Caroline Persoons et Joëlle Maison, à la fois à la Fédération Wallonie Bruxelles et à la Région bruxelloise. Cela offrirait le contrôle auquel tous les citoyens ont droit."

Jean-Claude Hennuy

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir