Emir Kir veut être "un Cudell renouvelé" à la tête de Saint-Josse

Emir Kir, futur bourgmestre de Saint-Josse
Emir Kir, futur bourgmestre de Saint-Josse - © RTBF

Emir Kir qualifie au micro de la RTBF de "basse mesquinerie" les accusations de Jean Demannez qui l'a traité de "menteur" dans la course au maïorat de Saint-Josse. Pour Emir Kir, "c'est aux historiens de trancher" sur le génocide arménien. Son modèle sera l'ancien bourgmestre socialiste de Saint-Josse Guy Cudell.

Le socialiste Emir Kir va quitter son mandat de secrétaire d’Etat bruxellois pour devenir bourgmestre de Saint-Josse. L’actuel bourgmestre sortant Jean Demannez dénonce un "putsch" et traite Emir Kir de "menteur", notamment pour ne pas avoir respecté son engagement de le laisser aux commandes de la commune durant la première partie de la législature.

Interrogé par Bertrand Henne, Emir Kir commente : "C’est de la basse mesquinerie. Je n’ai eu de cesse de rappeler qu’il y a eu un accord qui a été pris, il n’a eu de cesse de jouer au flou artistique. En démocratie, les élections comptent et dimanche les électeurs ont envoyé un message clair : il est en régression au niveau des voix tandis que je continue une progression. Et c’est en ayant cette progression que je permets, avec tous mes colistiers, d’avoir la majorité absolue. Le message des habitants, c’est que je prenne plus de responsabilités. Lundi j’ai rencontré le partenaire cdH à qui j’ai fait une proposition et nous avons signé tout de suite un accord avec le cdH. Ensuite j’ai rencontré le bourgmestre sortant, je lui ai fait une proposition qu’il a refusée. Je lui avais proposé d’être présent en début de législature en me remplaçant et il a refusé. Ensuite j’ai rencontré le président de la fédération bruxelloise du PS en présence de Jean Demannez, on a eu un dialogue franc et ouvert".

"J’ai souhaité démissionner de mes fonctions ministérielles"

Emir Kir insiste : "J’ai pris mes responsabilités. J’ai souhaité démissionner de mes fonctions ministérielles au sein du gouvernement régional. Je l’ai fait d’abord parce que, à Charleroi Paul Magnette l’a fait ; à Bruxelles, Benoît Cerexhe le fera aussi. A un moment donné je crois qu’il faut aussi tenir compte de la tendance qui se passe au niveau de l’opinion publique. Pour le parti socialiste, c’est important que je pose cet acte. Et c’est important pour la population".

Alors que certains le voient remplacer dans un futur plus ou moins proche Charles Picqué à la tête de l'exécutif bruxellois, Emir Kir prend-il l’engagement de rester bourgmestre de Saint-Josse pour six ans ? "En tous cas, j’entamerai cette législature avec cette fonction de bourgmestre de manière pleine et entière. Mais je suis par ailleurs député régional, n’oublions pas qu’une commune ne peut mener des politiques que si elle est bien articulée avec la Région" précise-t-il.

Génocide arménien: "Aux historiens de trancher"

On a souvent interrogé Emir Kir sur la problématique du génocide arménien en Turquie, en lui reprochant d’avoir toujours évité de prononcer ce mot de "génocide" afin de ne pas s’opposer à une bonne partie de la communauté turque. Pour Emir Kir "il appartient aux historiens de trancher la question et ils l’on fait. Cela a été reconnu par des instances nationales et internationales. Demande-t-on aux Américains ce qu’il est advenu des Indiens d’Amérique ?"

Son modèle: "Un Cudell renouvelé"

On qualifie souvent Saint-Josse de "commune la plus pauvre de Belgique". Emir Kir tient à rectifier : "La commune n’est pas la plus pauvre de Belgique. C’est le peuple de Saint-Josse qui est le plus pauvre de Belgique, c’est ça qui est important. La population vit aujourd’hui difficilement la crise, le prix du logement à Saint-Josse, comme dans toute la région bruxelloise a augmenté. Donc nous devons absolument proposer des projets avec des services communaux de proximité qui vont permettre aux habitants de mieux passer cette période".

En conclusion, lorsqu’on demande à Emir Kir quel est le modèle qu’il suivra comme bourgmestre de Saint-Josse, il répond : "Un Cudell renouvelé".

A.L. avec B. Henne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK