Émeutes à Bruxelles: pour le bourgmestre Philippe Close, "la police a fait son job"

Des dizaines de blessés, des voitures incendiées, des vitrines brisées: c'est le bilan d'une soirée agitée sur le piétonnier bruxellois samedi soir après la qualification du Maroc à la prochaine Coupe du Monde en Russie. 

Les policiers auraient-ils dû agir plus tôt pour éviter des débordements? Les autorités avaient-elles pris la mesure de la situation? Pour Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles-Ville, une chose est claire: "La police a fait son job. C'était d'abord de maintenir l'ordre public, de le récupérer le plus vite possible. En moins de deux heures, ils ont repris le contrôle de la situation et c'est ce qu'on leur a demandé".

Le bourgmestre ajoute au micro de la RTBF que les forces de l'ordre ont tout fait pour "limit[er] les dégâts". A présent, "c'est le temps des poursuites. Nous sommes en train, avec le Parquet et la police, d'identifier les auteurs. Et j'espère qu'il y aura très rapidement des poursuites pour que cela n'arrive plus".

La zone de police Bruxelles-capitale/Ixelles a d'ailleurs lancé un appel à la population pour identifier les auteurs des faits survenus samedi soir. 

Interrogé sur la demande d'enquête faite par Jan Jambon à l'Inspection générale de la police, Philippe Close estime que le ministre de l'Intérieur est "dans son rôle". "Nos service de police doivent être contrôlés, mais les débriefing que j'ai reçus aujourd'hui me confortent dans le sentiment que la police a fait son travail".

>>> A lire également, la réaction de Joëlle Milquet, conseillère communale cdH, "On a des questions sur les mesures préventives"

Emeutes dans le centre de Bruxelles: le sujet du JT de 13h du lundi 13 novembre 2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK