Baromètre politique à Bruxelles : Ecolo premier parti, les formations traditionnelles toutes en baisse

A un mois du triple scrutin fédéral, régional et européen, la vague verte d'octobre dernier semble se confirmer en Région bruxelloise, d'après notre baromètre Kantar TNS/RTBF-VRT-La Libre-De Standaard.


>> A lire aussi: Baromètre politique: une certaine frilosité face aux "gestes pour la planète"


 

"Si les élections pour la Chambre des représentants se tenaient aujourd'hui, à quel parti irait votre préférence? " A cette question, 21,5% des Bruxellois sondés répondent qu'ils voteraient pour Écolo.

Les Verts doublent leur score de 2014 et représentent désormais la première force politique à Bruxelles, devant le PS et le MR. Et c'est sans compter l'apport du pendant néerlandophone Groen, crédité de 3% des intentions de vote. 

Autre grosse percée visible dans notre sondage, celle du PTB (+8,1%) : le parti de gauche radicale pointe à la quatrième position, avec près de 12%. 

Écolo et le PTB en forte hausse, tous les autres en régression

A Bruxelles, les grands perdants de ce baromètre sont les libéraux : ils perdent 7,6% de leur électorat et se maintiennent de peu sur le podium (15,5%).

Le PS est également sanctionné, mais dans une moindre mesure (-5,9%) : les socialistes talonnent de peu les écologistes.

Selon notre sondage, seulement 2,5% séparent les deux premières forces politiques de la capitale, qui pourraient ensemble constituer au niveau régional le socle d'une coalition progressiste qu'on a vu s'installer dans plusieurs communes au lendemain des élections d'octobre dernier. 

Il leur faudrait pour cela s'adjoindre la collaboration de Défi (8,5%) ou du cdH (6,9%), qui perdent tous deux encore quelques plumes lors de ce sondage et se retrouvent désormais en queue de peloton des partis francophones.

N-VA, premier parti néerlandophone de la capitale

Crédité de 4,2% des intentions de vote, les nationalistes flamands arrivent en tête des partis flamands. Ce score, ce serait une relative bonne nouvelle pour les partis francophones. Car même si ce sondage concerne le Parlement fédéral, ces 4,2% ne suffirait pas à la N-VA pour bloquer à elle seule les institutions régionales, comme le craint la majeure partie de la classe politique francophone.

 

Fiche technique :

Ce sondage d’opinion a été mené par Kantar TNS à la demande de la VRT/Standaard/RTBF/La Libre sur un échantillon aléatoire de 1006 électeurs flamands, 1004 électeurs wallons et 759 électeurs bruxellois et accessibles via un téléphone fixe ou mobile. L’erreur statistique maximale est de 3,1% (Flandre, Wallonie), de 3,6% à Bruxelles, supérieure et inférieure au résultat obtenu pour les énoncés dans l’ensemble de l’échantillon. Les répondants ont été interrogés par téléphone du 25 mars au 15 avril 2019.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK