Elections Wavre: Charles Michel absent, Françoise Pigeolet croise les doigts pour le 14 octobre

Le Premier Ministre Charles Michel a longuement discuté avec le conseiller d'opposition socialiste, par ailleurs député fédéral, Stéphane Crusnière.
3 images
Le Premier Ministre Charles Michel a longuement discuté avec le conseiller d'opposition socialiste, par ailleurs député fédéral, Stéphane Crusnière. - © RTBF

Le Premier Ministre Charles Michel était présent, hier soir, dans son fief de Wavre. Le chef de gouvernement fédéral voulait afficher son soutien à ses amis politiques, lors de la présentation des 31 candidats de La Liste du Bourgmestre (liste de tendance MR) en vue des élections communales du 14 octobre prochain.

Charles Michel a rappelé le motif de son absence sur la Liste du Bourgmestre, cette année-ci. "Je veux me consacrer pleinement à ma mission au Fédéral. Je veux être clair avec les électeurs. Il fallait faire un choix. Et je laisse donc l'actuelle bourgmestre faisant fonction, Françoise Pigeolet, conduire la liste aux communales. Le député provincial Marc Bastin poussera la liste. Je fais confiance à mes amis wavriens pour la suite". 

L'absence d'un poids lourd politique 

En 2012, Charles Michel était présent sur la Liste du Bourgmestre (tendance MR), à Wavre. Il avait récolté à lui seul pratiquement 5.000 voix de préférence, soit 21,5% des votes de la liste. Autant dire que l'absence de ce poids lourd politique ne sera pas facile à compenser. D'autant que plusieurs autres faiseurs de voix (en 2012) ne se présentent plus en octobre prochain. C'est par exemple le cas de Freddy Quibus (962 voix), Pierre Boucher (867 voix) et Nathalie Demortier, présidente du CPAS (781 voix). Au total, environ un tiers des voix... qu'il faudra compenser, si la formation de Françoise Pigeolet et des siens veut s'assurer une majorité confortable (et plus absolue?) après le scrutin d'octobre prochain. 

"C'est vrai que l'absence de Charles peut changer la donne, reconnaît Françoise Pigeolet. "Mais nous repartons d'une page blanche. Je pars sans idée préconçue. Je suis confiante car je suis entourée d'une équipe que j'estime forte. Une équipe hétéroclite, représentative des Wavriens. L'absence de Charles, c'était une interrogation jusqu'il y a peu. On ne peut préjuger de rien. Je laisserai l'électeur s'exprimer."

Une ouverture... vers le PS?

En l'absence de Charles Michel et d'autres anciens candidats faiseurs de voix, Françoise Pigeolet va-t-elle envisager d'ouvrir la porte à une autre formation pour une éventuelle alliance? En coulisses, d'aucuns évoquent une possible alliance avec le PS. Mais personne ne confirme, en toute logique, la stratégie politique supposant aussi de la discrétion. Surtout avant un scrutin qui peut toujours réserver son lot de surprises.

"La question d'une ouverture n'est pas à l'ordre du jour. C'est aux électeurs de se prononcer. Nous sommes quand même en démocratie", commente la nouvelle tête de liste Françoise Pigeolet. Commentaire de la même teneur dans le chef de Charles Michel. "Ce n'est pas le sujet du jour. La priorité est de préparer le programme de la liste. Puis, ce sera aux électeurs de se prononcer".

De son côté, le conseiller socialiste Stéphane Crusnière (564 voix en 2012), par ailleurs député fédéral, envisage clairement une potentielle alliance. "Il faudra d'abord que notre liste puisse convaincre l'électeur. Mais après le 14 octobre, si on vient nous inviter à la table des négociations, c'est sûr que nous irons nous asseoir. Quand on fait de la politique, l'objectif c'est effectivement d'être au pouvoir. Donc, ce serait idiot de refuser l'invitation... on attendra pour voir ce qu'il y a moyen de faire...", précise la tête de liste socialiste à Wavre.

En marge de la soirée de présentation de la Liste du Bourgmestre, ce jeudi soir, Stéphane Crusnière et Charles Michel ont eu un longue discussion. Certains y verront un signe d'une éventuelle collaboration entre les deux listes locales. D'autres diront qu'ils échangeaient des propos relatifs à l'actualité fédérale, par exemple.

Enfin, n'oublions pas le rôle que peuvent aussi jouer les deux autres partis de l'opposition actuelle, Ecolo et le CDH. En politique, rien n'est vraiment joué d'avance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK