Élections à Linkebeek: la liste francophone obtient les 13 sièges

La présence du TAK n'y aura rien fait, les résultats confirment Damien Thiéry.
2 images
La présence du TAK n'y aura rien fait, les résultats confirment Damien Thiéry. - © JEAN VAN DRIESSCHE - BELGA

La liste LB (LinkeBeek) a obtenu les 13 sièges du conseil communal de Linkebeek qui avaient été remis en jeu dimanche après la démission des conseillers communaux francophones. Elle a obtenu 94% des votes. Quelque 15% des 3300 électeurs ne se sont pas présentés. 13% d'électeurs ont voté blanc, a annoncé ce dimanche soir Damien Thiéry (MR), à ses sympathisants, sur foi des données qui lui ont été transmises par un observateur de sa formation au bureau de dépouillement.

Le site Web de la commune a ensuite confirmé au travers des résultats en voix de préférence cette attribution des 13 sièges à la liste LB. Le moins bon score de la liste, 119 voix, a obtenu le double de voix de la tête de liste de La Droite (59 voix) qui ne décroche aucun siège. Le conseil communal se réunira 75 jours après le scrutin.

Selon Damien Thiéry, il ne pourra y avoir d'acte de présentation de bourgmestre avant ce moment. Si Damien Thiéry n'a exclu aucun cas de figure quant à la décision que la majorité prendra à ce sujet, il a affirmé qu'en cas de soutien à sa candidature par celle-ci, et de nouveau refus de la ministre des Affaires Intérieures flamandes, Liesbeth Homans (N-VA), un recours au Conseil d'État n'était pas à exclure.

"J'ai 100% de respect pour les Flamands qui respectent la démocratie... Je n'ai rien contre Mme Homans. Je lui demande simplement de laisser les Linkebeekois décider de leur avenir", a commenté Damien Thiéry, en présence de ses sympathisants et du président de la régionale bruxelloise du MR, Didier Reynders, venu l'encourager.

Pour Olivier Chastel, pas de réjouissance en vue  

Pour le président du MR, au delà de cet excellent résultat, il n'y a cependant pas lieu de se réjouir de ce scrutin qui "n'aurait jamais du avoir lieu, étant la conséquence de l'entêtement des autorités flamandes".

Aux yeux d'Olivier Chastel, la décision de la ministre flamande Liesbeth Homans de nommer un bourgmestre issu de la minorité flamande (Eric De Bruycker, ndlr) était à la fois "totalement inacceptable mais aussi dommageable. Force est de constater que ce choix n'était pas bon. La commune ne peut être gérée efficacement par un élu sans aucune expérience et sans aucun appui parmi le collège échevinal".

"C'est d'autant plus aberrant que la bonne gestion des affaires communales par Damien Thiéry n'a jamais été remise en cause", a souligné Olivier Chastel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK