Elections: le parti LiDé, un soufflé qui retombe ?

RTBF
RTBF - © RTBF

Parmi les "petites listes", une formation a fait couler beaucoup d'encre, LiDé, pour "libéral-démocrate". C'est, notamment, la personnalité de son initiateur, Rudy Aernoudt, qui a suscité l'intérêt médiatique, lequel, à présent, semble retombé.

Le parti LiDé se présente aux suffrages des Liégeois et des Verviétois, mais pas des Hutois. Ses listes sont incomplètes. Son chef de file est un homme d'affaires sprimontois, Eric Bruckmann, patron d'une agence en douane et en fret aérien, qui revendique ses origines hongroises et siciliennes, et qui s'affiche comme un gros râleur passif devenu râleur actif.

Son programme tient en dix priorités, notamment, l'arrêt du nivellement par le bas dans les écoles, ou la fin des fonctionnaires nommés à vie. Ou encore, limiter, dans la durée, les allocations de chômage. Son ambition, c'est de frôler les 5%.

Le parti LiDé a failli se rapprocher du mouvement réformateur. Mais l'opération a échoué. La question reste cependant posée de la nature réelle de ses relations avec les libéraux classiques.

Depuis qu'il a éjecté, avec fracas, l'un de ses fondateurs, le parti LiDé a pour homme fort, pour administrateur-délégué, un dénommé Jacques Litwak, un businessman connu en région liégeoise, notamment pour la déconfiture du projet Technosphère, un projet de reconversion de l'ancien site hertalien des Acec. L'intéressé, apparemment, est toujours membre du conseil scientifique du "Centre Gol", un cercle d'études proche de l'actuel ministre des Finances. Son nom est toujours mentionné dans les documents de l'association. Ce qui ne manque pas d'étonner...

(M. Grétry) 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK