Elections 2018: la liste DéFI d'Uccle espère doubler son score

L'âge moyen de la liste DéFI à Uccle est de 45 ans. Toutes les catégories d'âge de 20 à 80 ans sont représentées.
L'âge moyen de la liste DéFI à Uccle est de 45 ans. Toutes les catégories d'âge de 20 à 80 ans sont représentées. - © Tous droits réservés

Le chef du groupe Défi au parlement bruxellois Emmanuel De Bock et la députée-échevine Joëlle Maison emmèneront la liste de la formation amarante dans la commune d'Uccle. Celle-ci sera poussée par l'avocat Didier Dequevy. Fortement renouvelée par rapport au scrutin de 2012 - trois quarts des candidats se présentent pour la première fois - et représentant tous les quartiers de cette commune du sud de la capitale, la liste DéFI vise 25% des voix, soit près du double de son score de 2012, a affirmé la tête de liste, présentant les 39 des 43 candidats désignés.

Emmanuel De Bock ne souhaite faire aucune projection pour l'après élections.

"Le plus important sera de voir si un projet collectif rencontre nos idées", a-t-il commenté, se refusant de commenter la situation politique au sein des autres formations en lice, en particulier chez les libéraux, partagés entre une aile MR emmenée par Boris Diliès et une dissidence "Uccle en avant", emmenée par l'échevin Marc Cools.

De 20 à 80 ans

La troisième place de la liste sera occupée, par Jacques Spelkens, manager en charge de la responsabilité sociétale d'entreprise chez Engie. Celui-ci précédera la conseillère communale Béatrice Fraiteur, administratrice déléguée du Centre Culturel d'Uccle et Jean-Claude Praet, directeur de l'Institut de Biologie Clinique de l'ULB, et président de la confédération représentative des entreprises à profit social bruxelloises Bruxeo.

L'âge moyen de la liste est de 45 ans. Toutes les catégories d'âge de 20 à 80 ans sont représentées.

Les principaux axes du programme de DéFI à Uccle se concentrent sur la mobilité, une préoccupation forte de la population de cette commune quelque peu excentrée de la capitale; la protection des espaces verts; mais aussi la dualisation croissante de la population.

Rendre à l'agent de police de quartier ses lettres de noblesses

Pour le reste, DéFI entend créer un échevinat de la Participation citoyenne et instaurer des budgets participatifs; rendre à l'agent de police de quartier ses lettres de noblesses en le déchargeant de ses missions administratives; instaurer un règlement communal sur les chantiers, augmenter l'offre scolaire par un dédoublement de classes dans certaines écoles.

DéFI plaide aussi pour le remplacement des cours de religion par des cours d'éducation civique et de philosophie dans l'enseignement officiel. Il veut plus de logements partagés et rendre vie aux logements au dessus des commerces.

 


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK