Edwine Bodart, nouvelle présidente d'un PS namurois qui veut se repositionner "beaucoup plus à gauche"

Le PS namurois est en pleine reconstruction. Pour reconquérir le pouvoir, la nouvelle présidente Edwine Bodart entend rééquilibrer la barre vers la gauche (illustration)
Le PS namurois est en pleine reconstruction. Pour reconquérir le pouvoir, la nouvelle présidente Edwine Bodart entend rééquilibrer la barre vers la gauche (illustration) - © HERWIG VERGULT - BELGA

A seulement 33 ans, Edwine Bodart devient la première femme à occuper cette fonction. Elle était déjà, depuis quelques années, une proche collaboratrice de la députée fédérale et conseillère communale Eliane Tilieux.

Le PS namurois est en pleine reconstruction, deuxième en termes de voix lors des dernières communales mais renvoyé dans l'opposition. Pour reconquérir le pouvoir, Edwine Bodart entend rééquilibrer la barre vers la gauche.

"Le PS doit d’abord faire un travail en interne de remobilisation des troupes, de repositionnement beaucoup plus à gauche, avec des dossiers beaucoup plus forts, explique la nouvelle cheffe de file socialiste. Nous avons une équipe d’élus hyper motivés, hyper compétents ; des militants qui sont maintenant reboostés (on l’a encore vu samedi, lors des élections). Tout ça va faire en sorte que le PS en ressorte beaucoup plus fort, mais aussi de pouvoir avoir de vraies discussions avec de futurs partenaires de majorité, afin que le PS puisse prendre à bras le corps les projets de la capitale wallonne."

Un repositionnement plus à gauche… Est-ce à dire que les socialistes souffrent de la concurrence du PTB ? "Le PTB fait aujourd’hui partie de l’échiquier politique namurois. Je pense qu’il faut en prendre compte. Il faut qu’on puisse communiquer un peu mieux sur ce que nous faisons. Car nous faisons beaucoup de choses mais elles ne sont peut-être pas toujours comprises par les gens. Le PTB, lui, crie peut-être un peu plus fort que nous, sont plus audibles. Je ne sais pas si c’est la meilleure façon de faire ; en tout cas, il faut que l’on se pose les bonnes questions sur ce que l’ont fait et comment on l’explique."

Sachez également que dans le sud de la province, le ministre wallon Pierre-Yves Dermagne succède à Jean-Claude Maene comme nouveau président de la Fédération socialiste de Dinant-Philippeville.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK