Eddy Merckx, tout un poème

C’est l’histoire d’un tas d’écrits griffonnés sur un coin de table, sur des bouts de papiers dépareillés. L’histoire de poèmes raturés, à la gloire du cycliste le plus célèbre de son époque. Des textes sincères, parfois naïfs, sauvés in extremis de la poubelle à la mort de leur auteure. Aujourd’hui, un Liégeois les rend publics.

Adolescent, Jean-Jacques Messiaen avait l’habitude de monter des seaux de charbon à cette vieille voisine dans " le bas de Seraing ". Jeanne Rahier est une femme seule qui a enduré la perte d’un enfant, puis d’un mari en 1965. " Elle se retrouve alors un peu dépressive ", se souvient Jean-Jacques Messiaen.

Elle voit en lui la jeunesse mais aussi l’homme

Le déclic, c’est la visite d’une amie qui lui suggère de s’intéresser, " à autre chose " et plus précisément " au héros que tout le monde suit en Belgique ", Eddy Merckx. " Jeanne Rahier allume alors sa télé et elle tombe d’admiration devant Merckx ".

3 images
l'un des carnets de Jeanne © Tout droits réservés

C’est le début d’une décennie d’écriture frénétique. Jeanne Rahier fait d’Eddy Merckx son idole, son obsession. Vieilles factures, enveloppes usagées, agendas dépassés : pour Jeanne, tous les supports sont bons pour coucher sa prose. L’écriture est son échappatoire, son admiration pour " le cannibale ", un refuge.

" Elle voit en lui la jeunesse mais aussi l’homme. C’était une dame qui aimait bien les hommes et elle avait une attirance physique pour ce jeune gars qu’était Merckx ", soupçonne Jean Jacques Messaien, sourire en coin sous sa moustache blanche. " Elle va véritablement s’approprier la vie de Merckx, sa famille aussi ".

Elle va s’approprier la vie de Merckx

Dans ses textes Jeanne raconte les exploits de son héros, tacle ses adversaires, l’accompagne dans " l’enfer du nord ", va jusqu’à s’immiscer dans sa chambre à coucher pour sa nuit de noce. Ses poèmes " sont touchants et comiques mais ils sont aussi l’expression d’une dame qui est seule et qui se projette à travers les textes qu’elle écrit ", admet Jean-Jacques Messiaen.

A la mort de la vieille dame, en 1981, le père de Jean-Jacques Messiaen récupère les bouts de papiers, " en vrac, étalés, destinés à la poubelle ". 40 ans plus tard, c’est donc le fils, Jean-Jacques, qui ressort ces écrits du sac plastique dans lequel ils étaient conservés. L’ex-adolescent, aujourd’hui sexagénaire, garde un souvenir attendri de cette vieille voisine, amie de la famille. Il décide donc de lui rendre un dernier hommage, de faire publier les poèmes de celle qui n’aura jamais pu rencontrer son champion.

3 images
Jeanne Rahier © Tout droits réservés

"Au-dessus de ces yeux noirs de revanches secrètes

Au-dessus de ce front bourrelé de tempêtes

Dieu a inscrit le V, ce signe des élus

Dont l’immense joie de vaincre ne s’arrêtera plus ! "

Jeanne Rahier

Poème sans titre, non daté

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK