Economies à la Défense: la base aérienne de Beauvechain sacrifiée?

Economies à la Défense: la base aérienne de Beauvechain sacrifiée?
Economies à la Défense: la base aérienne de Beauvechain sacrifiée? - © Tous droits réservés

Le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) présentera aujourd'hui à la Chambre sa politique générale. On sait que la Défense va devoir faire des économies, qui pourraient, selon certaines sources entraîner, la perte d'un tiers du personnel et la fermeture de plusieurs casernes. Certains spécialistes évoquent aussi comme piste d'économie la fermeture d'une base aérienne: celle de Florennes ou de Beauvechain. Pour cette dernière, ce n'est pas la première fois que l'on évoque une possible fermeture. Dans la commune du Brabant wallon, on ne s'inquiète pas.

On ne s'inquiète pas, tout d'abord parce que le bourgmestre Marc Deconinck (PS) en poste depuis 20 ans, en a vu d'autres.

"Cela revient comme le monstre du Loch Ness. Depuis que je fais de la politique locale, c'est la troisième vague qui annonce une hypothétique fermeture de la base", explique-t-il.

Et puis il faut bien dire que financièrement, la commune n'a rien à gagner de la présence de la base aérienne.

"Que du contraire, nous recevons pour le précompte immobilier ce que l'on appelle la 'mainmorte'. L'Etat nous verse une 'aumône' pour les 500 hectares. Ce serait nettement plus si c'était construit, bâti ou en zone agricole", poursuit un bourgmestre apparemment serein.

La base ne génère en plus que très peu d'emplois indirects étant donné le très faible nombre de militaires de la base qui habitent la commune.

Peu d'impact financier pour la commune

"Sur les 1500, environ une cinquantaine. Ce sont des militaires qui viennent de l'extérieur, en grande majorité néerlandophones. Donc l'impact économique serait réellement marginal".

Peu d'impact financier pour la commune donc. Mais le bourgmestre le concède, une hypothétique fermeture serait un choc pour la population. Celle-ci est habituée à la présence de cette base qui occupe 500 hectares sur le territoire de la localité depuis la seconde guerre mondiale.

La note du ministre ne précise pas de nom de caserne à fermer

Le ministre de la Défense s'explique donc ce lundi face aux députés fédéraux de la commission Défense, en pleine tourmente sur la réduction des effectifs. Nos confrères de la VRT ont pu prendre connaissance de la note du ministre en primeur.

Steven Vandeput (N-VA) promet aussi une vision complète de la situation dans les six mois. Il n'y a donc pas de noms de casernes fermées ou de précisions sur les pertes de personnel pour le moment.

Tout juste apprend-on que le ministre compte encore confier certaines missions au secteur privé.

On sait également que la mission des F16  en Irak est maintenue. Ils devraient rester jusqu'à l'été prochain le cadre de la coalition internationale qui lutte contre l'organisation terroriste Etat Islamique. Le ministre veut aussi la poursuite des missions au Mali et en Afghanistan.

Selon nos informations, l'armée travaille depuis plusieurs mois sur la construction d'immeubles de bureaux pour installer à Beauvechain plus de 200 militaires supplémentaires. Des troupes venues de l'ancien radar de Glons, en province de Liège, et qui devraient s'installer à Beauvechain au cours de l'année 2015.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK