Ecolo songe aux trains pour favoriser la mobilité dans Bruxelles

La gare de Meiser, déserte, comme souvent.
La gare de Meiser, déserte, comme souvent. - © Flickr - fabonthemoon

Qui pense au train pour relier Uccle et Schaerbeek par exemple? 15 minutes de transport à peine... Et pourtant, le train est très peu utilisé pour faire des trajets à l'intérieur de Bruxelles. Écolo pense qu'il faut valoriser ce réseau, s'en servir comme d'un métro de surface qui aiderait la Stib à affronter l'affluence croissante de passagers. Les Écolos bruxellois ont donc dessiné les plans de ce qu'ils appellent leur "réseau express bruxellois".

Prenons l’exemple du carrefour Meiser. Un carrefour archibondé, à toute heure du jour. Et quelques centaines de mètres plus loin : Meiser gare, déserte. Des petites gares comme celle-là, il y en a une trentaine en tout à Bruxelles. Pour Ecolo, il y a là un réseau en or, sous-exploité. "Ces trains-là, il n’y en a pas beaucoup et il n’y en a pas du tout le weekend et en soirée, déclare Céline Delforge (députée régionale). C’est un potentiel qui n’est donc pas exploitable fréquemment. Il est évident que si on pouvait annoncer aux gens que tous les quarts d’heure ils peuvent compter sur un train passant dans cette gare et qui les emmènerait – par exemple – à Uccle… les gens monteraient dans ce train !"

La mobilité dans Bruxelles serait améliorée rapidement et à peu de frais, dit Ecolo,  en ajoutant des trains sur ces lignes. Et dans un second temps, quelques extensions de lignes permettraient de peaufiner ce maillage, et d'obtenir un vrai "réseau express" dans Bruxelles. Un bon complément à la Stib. C'est faisable, dit Ecolo, plans et calculs budgétaires à l'appui.

"Pas notre priorité", répond la SNCB

C'est faisable si la SNCB le veut, bien-sûr. Voici la réponse de la SNCB à cette proposition: véhiculer les Bruxellois dans leur ville, c'est le job de la Stib. "Il y a quand même beaucoup de navetteurs qui viennent des grandes villes (ou d’autres villes) vers Bruxelles. Cela représente notre priorité, répond Nathalie Pierard (porte-parole SNCB). On est un transport de masse, pas un transport régional. Maintenant, cela ne nous empêche pas de collaborer avec la Stib, par exemple via les trams et métros."

Ce mercredi, les députés bruxellois auditionneront les trois grands patrons du rail, au parlement régional. Ils leur demanderont, face à face, ce qui empêche d'intensifier la desserte dans Bruxelles. Et s'il en sera de même à l'heure du RER.

Myriam Baele

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK