Eau potable : sécuriser l'approvisionnement de tout l'Est du Brabant wallon à l'horizon 2025

Eau potable: sécuriser l'approvisionnement tout l'Est du Brabant wallon à l'horizon 2025
Eau potable: sécuriser l'approvisionnement tout l'Est du Brabant wallon à l'horizon 2025 - © SWDE

Plusieurs communes de l’Est du Brabant wallon rencontrent à nouveau des problèmes d’approvisionnement en eau potable, ces dernières semaines. C’est par exemple le cas à Chaumont-Gistoux. Dans certains quartiers, les habitants constatent une pression d’eau anormalement faible.

Le cas de Chaumont-Gistoux

"Parfois, il n’y a carrément plus d’eau du tout", nous ont déclaré plusieurs citoyens. Sollicitée par de nombreux habitants, la commune a d’ailleurs récemment envoyé un courrier à la SWDE, la Société Wallonne des Eaux, afin de trouver des solutions. Car depuis quelques semaines, l’effet conjugué de la sécheresse et de la surconsommation domestique induite par le confinement s’ajoute aux problèmes structurels liés à des pompes d’eau trop faibles et à un réseau devenu insuffisant au fil des ans. Car "l’urbanisation de certaines entités du Brabant wallon a généré une demande accrue en eau potable", souligne Benoît Moulin, porte-parole de la SWDE. "On a assisté à plusieurs décennies d’urbanisation, mais les acteurs concernés n’ont malheureusement pas anticipé l’augmentation pourtant nécessaire de la capacité d’approvisionnement en eau potable". La SWDE est actuellement à la recherche de solutions d’urgence pour Chaumont-Gistoux. Mais elle planche surtout sur des solutions structurelles pour la partie Est de la province.

Renforcer tout l’Est

"Nous étudions un plan d’investissement pour des solutions structurelles dans tout l’Est du Brabant wallon", confirme Benoît Moulin. Ce vaste plan de sécurisation de l’approvisionnement en eau concerne les communes de Beauvechain, Chastre, Chaumont-Gistoux, Grez-Doiceau, Hélécine, Incourt, Jodoigne, Orp-Jauche, Perwez, Ramillies et Walhain. Les communes de Hannut et de Lincent (province de Liège) seront aussi concernées.

L’objectif, à l’horizon 2025-2026, sera de sécuriser 40.000 raccordements. "Sécuriser", cela signifie garantir un approvisionnement en eau 24H/24 et 7J/7, selon l’opérateur. Le chantier prévoit notamment 51 km de conduites répartis sur plusieurs sites, la remise à niveaux de 15 captages, l’achat d’eau à Vivaqua et la construction d’un nouveau château d’eau. Le projet permettra aussi d’améliorer la qualité de l’eau (nitrates, pesticides, turbidités).

"L’estimation du budget, c’est entre 20 et 30 millions d’euros", affirme Benoît Moulin. Un document cite le chiffre de 26,46 millions, hors TVA et hors révision.

Les chiffres de la sécheresse (JT du 01/06/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK