Duferco/NLMK: un nouveau coup de massue pour la région du Centre

Depuis les années 60, la région de La Louvière n'a cessé de connaître des chocs industriels.
Depuis les années 60, la région de La Louvière n'a cessé de connaître des chocs industriels. - © Belga

Depuis les années 60, la région de La Louvière n'a cessé de connaître des chocs industriels. Avec la fin des charbonnages, la fin d'un grand nombre d'entreprises de fabrication métalliques, la fin du secteur verrier, la fin de Boch et maintenant, un secteur sidérurgique qui ne cesse de se réduire.

Les Usines Boël ont longtemps été le moteur de la région. A un moment, à la fin des années 60/début 70, elles occupaient près de 5000 personnes. Et personne, dans la région, ne croyait à l'époque que la bonne santé de la région, que la bonne santé de Boël pourrait être un jour remise en cause.

Et pourtant, dans les années 90, les usines Boël ont été reprises par les Hollandais de Hoogovens. Ça n'a pas duré. Le groupe italo-suisse Duferco est alors arrivé. Mais depuis, le site qui emploie encore 1300 personnes s'est divisé entre Duferco et les Russes de Novolispek. Et aujourd'hui, nouvelle douche froide : plus de 600 emplois vont sans doute être supprimés.

Que peut encore espérer cette région ?

Ce qui inquiète, c'est qu'à l'avenir, les deux hôpitaux de la région pourraient devenir les principaux employeurs. Même si, depuis quelques années, dans le domaine de la logistique, les choses bougent avec - il y a quelques semaines -, l'inauguration d'un nouveau centre européen de distribution de produits pharmaceutiques à La Louvière (115 emplois créés). Mais dans la région du Centre, une nouvelle page est en train de se tourner.

Marc Sirlereau

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK