Ducasse de Mons 2018: des tasers pour calmer les fêtards qui ne sont pas doux doux

Marc Garin (3ème à partir de la gauche), Chef de Corps de la Zone de Police Mons-Quévy, Achille Sakas (PS), l'échevin des Fêtes (4ème à partir de la gauche) et Elio Di Rupo (PS), le bourgmestre (cinquième à partir de la gauche) lors de la présentation du Doudou 2018.
2 images
Marc Garin (3ème à partir de la gauche), Chef de Corps de la Zone de Police Mons-Quévy, Achille Sakas (PS), l'échevin des Fêtes (4ème à partir de la gauche) et Elio Di Rupo (PS), le bourgmestre (cinquième à partir de la gauche) lors de la présentation du Doudou 2018. - © Arnaud Montero

La ville de Mons dévoilait ce mardi matin les grandes lignes de l’édition 2018 de la ducasse qui tombe cette année les 26 et 27 mai. 

Aucun changement dans l’organisation de la Ducasse rituelle, qui débute le samedi soir à la Collégiale Sainte-Waudru avec la descente de la Châsse, si ce n’est, bien sûr,  l’orgue à nouveau présent après une longue restauration.   "Cela va apporter un soutien extraordinaire à l’ambiance qui est créée lors de ce rendez-vous du samedi soir, estime André Minet, le Doyen,  les orgues ont une véritable fonction d’entraînement, de soutien, cet instrument possède véritablement la capacité de faire vibrer chaque personne".   Les festivités se poursuivent le dimanche avec la Procession et la montée du Car d’Or et le Combat dit Lumeçon.  Une Ducasse rituelle qui, rappelons-le, a été reconnue "Patrimoine immatériel de l’Humanité"  le 25 novembre 2005.

C'est dans la Ducasse festive qu'intervient le premier changement  avec, pour la première fois, l’organisation de la Doudou Sound Party, dès 20 heures le lundi où des DJs comme mademoiselle Luna et Alex Germys mixeront depuis le balcon de l’Hôtel de ville.

Gérer la foule        

Un rassemblement de personnes aussi important que celui observé pendant la ducasse nécessite un encadrement à la hauteur.  Comme l’année dernière la police locale bénéficiera de renforts d’autres zones de police mais aussi d’un renfort spécifique de la Police Fédérale.  En tout, ce ne seront pas moins de 1.500 policiers qui seront actifs.  Six caméras viendront s’ajouter pour la circonstance au système de caméra urbaine déjà existant.

Par ailleurs, la Police aura pour la première fois la possibilité d’utiliser le taser durant le doudou.  Ce pistolet à impulsion électrique est en effet en phase test durant six mois à Mons comme dans quatorze autres zones de Police du pays. 

Une option qui ravit le Chef de Corps de la zone de Police Mons-Quévy pour qui le taser est "un pistolet qui permet de neutraliser quelqu’un qu’on doit, par exemple, arrêter administrativement parce qu’il pose un problème pour la sécurité publique.  Ce pistolet neutralise donc l’intéressé par ce qu’on appelle un effet-planche qui le paralyse quelques secondes, le temps de se saisir de la personne et de lui passer les menottes".  Précisons que les agents qui utiliseront cette arme auront été spécifiquement formé à son utilisation.

Pour plus d’informations sur la procession et le Doudou, vous pouvez vous reporter aux sites dédiés www.processionducardor.be ou www.doudou.mons.be  

 

Photo Sainte-Waudru, Copyright: Belga - Yves Boucau

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK