Du rhum, du kirsch, de la bière blonde... de tout pour faire une bonne crêpe

Au menu dans bien des familles ce soir, les crêpes de la chandeleur
3 images
Au menu dans bien des familles ce soir, les crêpes de la chandeleur - © Tous droits réservés

Deux février : il y aura des crêpes au menu un peu partout en Belgique. "A la chandeleur l’hiver se meurt ou prend vigueur ", dit le dicton.

La tradition veut aussi qu’on fasse sauter les crêpes avec une pièce de monnaie dans la main. Si la crêpe retombe correctement dans la poêle, c’est la richesse assurée pour toute l’année qui arrive.

En Hainaut, comme ailleurs en Belgique sans doute, quelques mamies, spécialistes de la question, feront les choses différemment ce soir : "Moi je mets une pièce dans la première crêpe, puis je roule la crêpe dans du papier doré et je mets cette crêpe au-dessus d’une armoire, sans y toucher pendant toute une année. Je tiens ça de ma mère, qui le tenait de la sienne et mes filles le font aussi. Je ne crois pas trop que ça rend riche, mais on ne manque de rien. C’est le principal" explique cette jeune grand-mère qui s’est rachetée une poêle pour l’occasion.

Le râton : spécialité hainuyère

Cette autre mamy évoque également la crêpe qu’on laisse en haut d’une armoire, dans la cuisine. " Elle ne pourrit pas, et elle protège la maison. Je n’y crois pas, mais je l’ai fait pendant des années " éclate de rire la septuagénaire, qui en matière de crêpes, semble en connaître un rayon. "J'en fais tout le temps. pas besoin de recette, à pouf et c'est bon. Mon mari adore, les petits enfants aussi, alors j’en fais presque chaque semaine, comme des gaufres et des couques suisses, autres spécialités bien hainuyères. Moi, les crêpes, je les fais avec de la farine normale, pas de la farine fermentante. Si je fais un râton, alors j’ajoute un demi -bloc de levure. Un râton, c’est ce que faisait déjà ma mère – et j’ai 70 ans- c’est une crêpe plus épaisse."

Kirsh, rhum, bière, sucre vanillé, …

Dans les allées du supermarché d'Hornu, hier, toutes les mamies y allaient de leurs trucs et astuces pour des crêpes réussies. "Moi, j’ajoute toujours deux sachets de sucre vanillé", "moi un peu de kirsh", "je préfère le rhum". "Je remplace une partie du lait par de l’eau pétillante, c’est mon truc pour rendre les crêpes plus légères, mais je sais que certains préfèrent la bière, la bière blonde. Une demi bouteille, ou une bouteille entière, c’est selon". Elles ou ils sont rares ceux qui avouent acheter les crêpes toutes faites dans les rayons du supermarché, mais il y en a. Et ces jours-ci, elles sont bien en évidence dans les étals. On a en a même vu en boulangerie. Pour ceux sans doute, qui n’aurait ni lait, ni œuf, ni farine dans le garde-manger. Mais ces crêpes-là risquent -pour sûr- d'avoir moins de saveur que celle de nos mères et grand-mères

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK