Du retard supplémentaire pour le musée archéologique de Namur

L'ancienne école des Bateliers va accueillir les collections du musée archéologique de la ville de Namur.
L'ancienne école des Bateliers va accueillir les collections du musée archéologique de la ville de Namur. - © Bia Bouquet

L'ancienne école des Bateliers, près de la place Saint-Aubain à Namur, est rénovée depuis deux ans mais depuis, elle est toujours vide. Le bâtiment doit pourtant accueillir les collections du musée archéologique de la ville. Sauf que le dossier prend du retard depuis des années.

Il faut relancer l'appel d'offres pour la scénographie du musée, c'est-à-dire son aménagement intérieur. Ce dossier sera sur la table du conseil communal namurois de ce jeudi soir.

Cela fait en effet trois ans et ce n'est toujours pas terminé. La faute à pas de chance. Il y a d'abord eu des surprises dans le sous-sol. Il y a eu ensuite un différend avec les architectes. Et maintenant, il faut relancer le marché pour la muséographie, l'habillement intérieur du futur musée archéologique.

Le premier appel d'offres n'était pas valide. "Le premier soumissionnaire n’a pas pu être accepté puisqu’il était le seul à remettre une offre et que son prix était bien trop élevé, explique Cécile Crefcoeur, échevine de la Culture. Aussi, il ne remplissait pas les sélections de critères au niveau qualitatif." Et voilà, encore quelques mois de retard en plus.

Jean-Louis Antoine, le conservateur du musée archéologique, un musée un brin désuet, installé encore à la Hall al chair près du Grognon, ne désespère pourtant pas. "Le plus important est que cela se fasse le plus vite possible. Je pense d’ailleurs que ça va aboutir, c’est une question de mois. Et puis, vu le temps que ce dossier a déjà pris, ce n’est pas très grave…"

En soi, ce n’est donc pas grave parce qu'il a participé à l'élaboration du dossier. Un dossier de qualité, estime-t-il. "Je suis satisfait car de toute façon, ce projet va être mené à bien. Le plus important, c’est qu’il soit de qualité et qu’il aboutisse. In fine, je serai content !"

Content mais avec peut-être un petit regret quand même : il sera pensionné quand le musée sera inauguré.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK