Du Palais de justice, au Palais des congrès : la cour d'assises déménage

La cour d'assise de Liège est contrainte de déménager pour respecter les règles sanitaires.
La cour d'assise de Liège est contrainte de déménager pour respecter les règles sanitaires. - © RTBF

C’est inédit à Liège : le prochain procès d’assises, qui débute lundi, aura lieu hors les murs. Il ne se tiendra pas dans l’ancien Palais de justice, mais au palais des congrès !

Tout déménager : des imprimantes à l’armoire à pièces à conviction

La cour, les jurés, les témoins, le public… Au vu des mesures sanitaires liées au Covid, l’espace est en effet trop exigu pour accueillir tout le monde. La solution trouvée : l’aménagement en urgence d’une cour d'assises ad hoc, dans le Palais des congrès.

Des imprimantes, à l’armoire qui renferme les pièces à conviction, il a fallu tout déménager. Rendre la justice hors les murs, ça n’est pas une mince affaire, encore moins par temps de Covid. Cela demande énormément d’espace et de nombreuses salles. "La salle d’audience va se faire dans la salle Reine Elisabeth au Palais des congrès. Nous disposons aussi d’une salle pour les jurés, d’une salle pour les témoins, d’une salle pour l’avocat général, d’une salle pour l’avocat de la défense et des parties civiles et d’une salle pour la cour elle-même, c’est-à-dire les avocats et les greffiers", énumère Annick Jackers, présidente de la cour d'assises.

Ni fioritures néogothiques, ni parquet massif qui grince, un lieu sobre mais fonctionnel

Un déménagement qui demande une certaine dose d’organisation et d’énergie, mais qui a aussi un certain coût. "Cela représente un coût en location de salle, un coût en personnel. Il faut des policiers sur place, des gens pour faire le déménagement… "

Pour ce procès d’assise, ni fioritures néogothiques, ni parquet massif qui grince. La Cour s’installe dans le décor sobre du Palais des congrès. Sobre, mais somme toute plutôt fonctionnel, bien que le lieu n’ait pas été pensé pour l’exercice de la justice. " Ça reste un gradin avec des sièges en espaliers " décrit Annick Jackers. " Ça fait un peu théâtre. Donc c’est vrai que c’est un peu étonnant, mais en revanche, on y sera très bien installés ", estime la présidente de la cour d’assises.

A Liège, huit procès d’assises sont prévus d’ici l’été. Seront-ils maintenus dans les murs du vieux palais de justice, ou au contraire, faudra-t-il déménager à chaque fois ? Seront-ils encore simplement reportés ? Pour l’instant toutes les options restent ouvertes…

Le procès d’assise qui s’ouvre lundi concerne la mort de Galaad Titeux. Le jeune homme est décédé en 2017. Il aurait été poussé, volontairement, du troisième étage de l’ancien hôpital Bavière. Ce procès d’assises doit durer 13 jours ouvrables.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK