Drones de course: de 70 à 170 km/h pour un maximum de sensations

Chaque semaine, quelques passionnés de vol et de vitesse se retrouvent dans un hangar de Nivelles pour faire voler leurs drones de course. De véritables bolides, bourrés de technologie, qui coûtent cher.

Un loisir coûteux

Dominique Butera le sait bien. Ce pilote amateur pratique le drone de course avec ses trois fils. Il nous détaille: "Pour une machine de base, d'entrée de gamme, il faut compter 250 à 300 euros. Ensuite il faut une télécommande qui part de 150 à plus de 500 euros. Il faut aussi beaucoup de batteries pour s'amuser et chaque batterie coûte 30 euros. Enfin il faut compter les lunettes de vol. Mes enfants ont des masques à 100 euros, mais ça peut aller jusqu'à 500".

Images décoiffantes

Des lunettes qui permettent, grâce à une caméra sur le drone, de le manœuvrer. Et ce que voient les pilotes est plutôt décoiffant. Comme vous pouvez le constater dans l'extrait ci-dessous.

Vitesse et accessibilité

En intérieur, ces machines peuvent voler de 70 à 80 km/h, mais peuvent dépasser les 170 km/h en extérieur. Pour les diriger, ces amateurs nous l'assurent, rien de trop compliqué. "Ça fonctionne avec quatre axes différents", explique Olivier Lemaître, pilote, "un pour les gaz, donc la hauteur du drone. Un autre qui contrôle le fait que le drone tourne sur lui-même. Et les deux autres pour avant, arrière, gauche et droite".

D'après lui, maîtriser ces types de drone est accessible au plus grand nombre : "Les enfants apprennent très facilement, c'est surprenant. Bien plus vite que nous d'ailleurs", ajoute Olivier Lemaître.
 

Graine de champion

C'est le cas de Maximilien, 14 ans. Ce passionné de modélisme est arrivé au drone de vitesse par la mécanique. Il adore monter, démonter et améliorer ses machines. Il participe même à des compétitions nationales et a décroché quelques sponsors.

"J'ai fini premier à la première manche des championnats de France et je suis arrivé quatrième au championnat de Belgique", nous confie-t-il, "grâce à ça, j'ai obtenu des sponsors qui me fournissent en batteries ou en moteurs par exemple".

 

Même s'ils ne deviennent pas professionnels, les amateurs de cette discipline apprécient avant tout la vitesse et l'adrénaline. Leur objectif principal : se faire plaisir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK