Drame de Mouscron: l'ex-beau-fils de la victime a été inculpé d'assassinat

La maison de la victime à Mouscron
La maison de la victime à Mouscron - © Google maps

Un sexagénaire a été mortellement frappé de plusieurs coups de couteau mardi à Mouscron. L'auteur présumé, son ex-beau-fils, a été placé sous mandat d'arrêt pour assassinat, a indiqué ce jeudi le Parquet de Tournai. Le dossier sera renvoyé aux assises.

Le suspect a été entendu mercredi en début de soirée par Véronique Laloux, juge d'instruction à Mons. "La juge d'instruction a retenu l'inculpation d'assassinat à l'encontre du suspect. Il s'agit donc bien d'un meurtre avec préméditation. Cette même inculpation d'assassinat avait déjà été requise mardi auprès de la juge par le parquet de Tournai.

Devant la Cour d'Assisses de Mons

L'inculpé, qui est actuellement en détention préventive, comparaîtra vendredi devant la chambre du conseil de Mons, qui devra infirmer ou confirmer pour un mois son mandat d'arrêt.  À terme, c'est un dossier qui sera renvoyé devant la cour d'assises de Mons où l'inculpé risque la perpétuité",  a précisé ce jeudi soir Frédéric Bariseau, 1er substitut du procureur du Roi de Tournai.

 À présent inculpé d'assassinat, C.T., un Mouscronnois âgé de 48 ans, est poursuivi pour avoir porté une série de coups de couteau à Daniel Frantzen, un homme âgé de 67 ans. L'auteur est l'ancien beau-fils de la victime. L'agression s'est produite mardi en début d'après-midi à la rue du manège à Mouscron, au domicile du sexagénaire.

Le Parquet muet sur le mobile

Pour une raison que le parquet ne tient pas à dévoiler, l'inculpé est entré par effraction au domicile de son ex beau-père puis lui a porté plusieurs coups de couteau dans la poitrine. Le quadragénaire s'est ensuite rendu au commissariat de police de Mouscron où il a avoué les faits.

À  l'arrivée des premiers secours, Daniel Frantzen était déjà décédé. "Une expertise psychiatrique de l'inculpé sera certainement ordonnée par la magistrate instructrice", a indiqué le 1er substitut.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK