Dottignies : Des élèves en session, plutôt que d'être à la maison

Dottignies: Des élèves en session, plutôt que d'être à la maisonutres sont à la maison
2 images
Dottignies: Des élèves en session, plutôt que d'être à la maisonutres sont à la maison - © Sophie Mergen

Pas d’école cette semaine. Sauf pour les étudiants qui passent leurs examens. A l’Institut Saint-Charles, ils sont plusieurs centaines dans le cas. L’établissement avait déjà annulé la session de décembre et ne voulait pas supprimer à nouveau les examens "de Pâques".

"Au début, j’ai trouvé ça bizarre !", nous confie Chloé. "Mes parents aussi. Ils disaient qu’ils n’y comprenaient plus rien !" C’est en effet particulier de se retrouver en examens, alors que la plupart des écoliers sont en ce moment à la maison. Mais les établissements ont tout à fait le droit d’organiser une session "en présentiel". C’est dans la circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pourquoi avoir maintenu, coûte que coûte, cette session ? "Leur dernier examen remonte à Noel 2019 ! Certains élèves ne s’en souviennent même plus !", explique Stéphane Vanhove le directeur. Il nous semblait important de pouvoir évaluer nos élèves maintenant. Pour leur éviter de se retrouver avec de gros échecs en fin d’année". Le chef d’établissement savait que la mesure était assez impopulaire, qu’elle susciterait des questions, voire de l’opposition. "Nous avons bien réfléchi à tout cela, et ce qui a pesé dans la balance, c’est le bien de nos élèves".

Isabelle Demeuldre enseigne la biologie à l’Institut Saint-Charles. "Au début j’étais partagée sur l’organisation de ces examens. Mais je suis contente de la décision de l’école de pouvoir les maintenir, car l’enjeu est là, pour les élèves. Je pense qu’on pourra mieux les aiguiller pour la fin de l’année, et ça permet aussi de les évaluer sur une partie de la matière, pour qu’ils n’aient pas tout en juin".

Du côté des élèves, trouver de la motivation, et la concentration nécessaire pour étudier, n’a pas été évident. Chloé trouve ça "injuste" de se retrouver à l’école, en ce moment, et "pas cohérent, vu les mesures actuelles". Tom, lui, nous dit comprendre que l’école ait maintenu, mais pas très heureux non plus d’être en session. "Et on n’est pas aussi nombreux dans l’école, c’est une ambiance très spéciale".

Dans cet établissement, 400 élèves passent des épreuves cette semaine. Ils passeront maximum 3 demi-jours sur les bancs de l’école.

 

 


 

Sujet de notre JT du 30/03/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK