Docks voudrait plus de "Goedemorgen" dans les boutiques du centre commercial

Le centre commercial Docks accueillerait désormais 35% de clientèle néerlandophone
Le centre commercial Docks accueillerait désormais 35% de clientèle néerlandophone - © Tous droits réservés

Les visiteurs néerlandophones seraient de plus en plus nombreux à fréquenter le centre commercial Docks, ouvert à Bruxelles en octobre 2016, à proximité du pont Van Praet.  Mais dans les allées, les clients du brabant flamand ne sont pas forcément accueillis dans leur langue, comme en témoigne un habitué : "C'est vrai, nous les flamands, on aime être accueillis en néerlandais. Et il faut bien le dire, ici ce n'est pas souvent le cas!". Plusieurs commerçants nous le confirment, il n'est pas simple de recruter des vendeurs bilingues à Bruxelles. La direction du centre commercial a donc voulu jouer la carte du pragmatisme : dans quelques semaines des cours de néerlandais seront proposés au personnel des enseignes commerciales, directement en contact avec les clients. "Un programme sur mesure", nous assure Helga Cosyns, directrice de Docks, "les cours seront d'ailleurs dispensés dans nos locaux ".

Selon la direction, un tiers de la clientèle serait néerlandophone

Catherine est vendeuse dans une enseigne d'accessoires de mode. Française d'origine, elle suivra deux heures de cours par semaine pendant quinze semaines. De quoi acquérir les bases d'une conversation avec les clients. Car il ne s'agit pas de devenir bilingue. "Je vais commencer par les bases car je n'ai jamais eu de néerlandais à l'école. Cette formation, c'est un plus pour moi et un plus pour mon employeur." Florence est manager d'une boutique dans la galerie commerçante et voit ces cours comme une belle opportunité pour les vendeurs. "Ce n'est pas simple de se former après une journée de travail. Ici les cours ont lieu sur place et seront orientés sur le vocabulaire dont nous avons vraiment besoin".

Cette formation a été mise sur pied, à la demande de Docks qui souhaite voir augmenter la clientèle du Brabant flamand. Le centre commercial a donc fait appel à "Het Huis van het Nederlands" (la Maison du Néerlandais) et les cours seront dispensés par une école privée, en partie grâce aux chèques-formation. C'est une réponse pragmatique à la pénurie de main d’œuvre maîtrisant le néerlandais, confirme Marianne Waals conseillère "Taalbeleid" à Het huis van het Nederlands. D'autres secteurs, comme les hôpitaux ou la fonction publique, nous sollicitent également pour ce genre de formation.

Malgré les campagnes d'information, trop peu de bruxellois maîtrisent encore le néerlandais : moins de dix pourcent des chercheurs d'emploi disent avoir une bonne connaissance du néerlandais alors que plus de cinquante pour cent des employeurs réclament des connaissances linguistiques.

Archives: Bilan de Docks Bruxsel 4 mois après l'ouverture au JT du 14/02/2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK