Docks Bruxsel veut attirer 150 000 clients par semaine le long du canal

Docks veut attirer 150.000 visiteurs annuels sous sa grande verrière
Docks veut attirer 150.000 visiteurs annuels sous sa grande verrière - © Tous droits réservés

L'ouverture du nouveau centre commercial Docks Bruxsel est annoncée pour ce 20 octobre.

L'objectif est ambitieux : attirer 150 000 visiteurs par semaine dans les 110 cellules commerciales, dédiées majoritairement aux vêtements mais aussi à l'horeca et aux loisirs (complexe indoor et cinéma). Olivier Weets, à l'origine du projet, parle d'ailleurs de véritable "lieu de vie", ouvert également en soirée. "Les clients viendront à la fois pour quelques heures de shopping, pour manger un bout et ensuite voir un film".

En 2008, pourtant, le lieu choisi n'avait rien qui fasse rêver... Le terrain de 4 hectares est une friche industrielle, coincée entre le pont Van Praet et le canal, avec peu de riverains autour. Mais le Nord de Bruxelles connait alors un déficit de surfaces commerciales. Equilis, la filiale immobilière du groupe Mestdagh et ses partenaires investiront finalement 214 millions d'euros pour y créer 56 000 m2 de surfaces commerciales.  

Le premier des trois?

Docks est le premier à voir le jour, mais depuis d'autres projets commerciaux pourraient venir lui ravir la vedette dans les prochaines années. Néo (sur le plateau du Heysel) et Uplace à Machelen visent aussi la clientèle du nord de Bruxelles et de la Flandre toute proche. Et si ces deux-là se débattent encore entre les permis et les recours, rien n'empêcheraient dans quelques années d'avoir trois centres commerciaux situés seulement à quelques kilomètres l'un de l'autre.

Cette perspective n'étonne pas vraiment Benjamin Wayens, géographe à l'ULB et spécialiste de l'implantation des centres commerciaux. Le nombre de superficie commerciale est en augmentation depuis quelques années et cela s'explique par une conjonction de plusieurs facteurs : "Certains investisseurs ont de l'argent à placer, et ces placements doivent offrir une certaine sécurité et un bon rendement. Or depuis la crise de l'immobilier de bureau, on constate un repli vers l'immobilier commercial qui a fait preuve ces trente dernières années de bonnes performances". Par ailleurs, on constate actuellement une forme de dérégulation de la législation sur les implantations commerciales. "Les règles européennes empêchent d'invoquer des critères socio-économiques pour refuser une nouvelle implantation. Impossible désormais de refuser un centre commercial en invoquant la protection des commerces existants car cela pourrait être considéré comme une entrave à la libre concurrence." 

Docks promet des emplois et rassure les autorités communales et régionales

La ville de Bruxelles, par la voix de Marion Lemesre, son échevine MR du Commerce, se réjouit de l'arrivée de Docks. "Cela montre la vitalité économique de la région bruxelloise et de la ville de Bruxelles. Docks va attirer une clientèle flamande qui, après ses achats, viendra passer la soirée dans le centre-ville". 

Quant à la concurrence que le nouveau centre commercial exercera sur les commerçants et les enseignes déjà présentes à City 2 ou sur la rue Neuve, Marion Lemesre n'y croit pas trop : "chaque magasin visera une clientèle spécifique! ".

De son côté, Actiris, l'office bruxellois de l'emploi, salue la perspective des 1200 emplois annoncés. Même si leur nombre a récemment été diminué de moitié, ces emplois constituent une réelle opportunité pour nos jeunes peu qualifiés, et qui manque souvent d'une première expérience professionnelle. Dans ce contexte, tout emploi, même subsidié, même à temps partiel, est bon à prendre.

Les clients viendront en bateau, en vélo, en tram ou en bus,... vraiment?

Olivier Weets, le chef du projet Docks Bruxsel est fier de citer les nombreux moyens de transport qui permettront de rallier les allées commerçantes... le client aura le choix entre venir en bateau, en bus, en tram, en train ou en vélo, 240 places de parking vélo sont d'ailleurs prévues. Mais Olivier Weets doit bien le reconnaître, dans un premier temps, la majorité des clients viendra en voiture. Et pour certains experts, cela pourrait provoquer une congestion supplémentaire du trafic autour du pont Van Praet. Jean-luc Calongé est un spécialiste des centres commerciaux. Pour lui : "l'accessibilité de Docks est extrêmement difficile. Tout le monde connait les embouteillages du Pont van Praet. Réussir à faire fonctionner un centre commercial à cet endroit, est un vrai challenge!"

Un vrai challenge aussi pour la région bruxelloise

Comment les commerces existants vont-ils supporter le choc de ces 56 000 m² de nouvelles cellules commerciales...et des deux autres centres commerciaux, toujours en gestation?

Le ministre bruxellois de l'emploi, Didier Gosuin, ne cache pas sa perplexité : "la décision de soutenir Docks à été prise par mon prédécesseur. Personnellement, je crois que le pouvoir d'achat des bruxellois n'est pas extensible. A l'avenir, la région devrait pouvoir disposer d'un schéma directeur commercial. Il fait cruellement défaut actuellement. En attendant, les pôles commerciaux existants risquent de subir le contre-coup de l'arrivée de Docks!

En attendant d'y voir plus clair, la plupart des shopping centers existants en région bruxelloise font le gros dos. Tous ou presque, ont programmé de vastes  travaux de rénovation.  L'ouverture de Docks aura au moins eu l'avantage de donner une nouvelle impulsion à un secteur qui n'avait plus connu pareille effervescence depuis l'ouverture de City 2, il y a 38 ans déjà!

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK